Championnat de France 3D par équipe de club

Categories Championnat de France, Par équipe, Tir 3D

Et voilà, on en arrive à mon dernier championnat de la saison, qui clôture une loooooongue saison 2016 : le championnat de France 3D par équipe de club à Portes les Valence.

Mon premier championnat en tant qu’archer. Mon premier championnat aussi avec l’équipe fille d’Eybens. Et quelle équipe ! On se demande encore laquelle est la plus folle ou la plus blonde… ^^ Ayons d’ailleurs une petite pensée pour le coach (Manu), ça ne doit pas être facile à vivre ^^.

(Origine photo : François Cottin)

dsc_0610-800x533

Mais revenons au championnat. La compétition dure 2 jours. Le samedi, nous savons qu’aucune équipe fille ne sera éliminée. Mais l’objectif est d’obtenir un bon classement pour ne pas rencontrer les meilleures équipes dès le 1er tour. Il n’y a donc pas trop de stress. La journée permet surtout de mettre les choses en place, de chercher les solutions quand quelque chose ne fonctionne pas,  de trouver les mots, les gestes qui motivent, et de gagner en confiance en notre tir pour la suite. Le premier jour, tout se passe bien. Cette année, pas de cri de guerre, nous faisons la vague (beaucoup plus simple à réaliser que le déhanché envisagé au début) : l’équipe est soudée, nous sommes prêtes (coach compris) ! On peut partir tirer.

14359103_1149361995124850_1874183723188469145_n

Pourtant, on est légèrement en dessous de ce que l’on est capable de faire. Il nous manque le petit truc qui fait que ça dépote. Nous finissons 6ème de cette journée. Le debrief du soir nous fera prendre conscience de ce qu’il manquait. On est prête pour le dimanche.

14291695_1149362165124833_6441755933092546795_n

Le lendemain, la niak qui nous manquait est bel et bien là. On en veut à fond. Nous rencontrons pour le 1er duel l’équipe de Privas. Dommage. On va devoir se battre contre une équipe régionale, et contre les copines. Tant pis. On met ça de coté, et on y va. Objectif : gagner chaque cible une à une. On ajoute à la vague, le cri de guerre, et le brin de folie : ça fait du bien, ça défoule, et ça fait oublier les éventuels doutes de la cible précédente. On s’encourage encore plus fort, on se tape dans les mains et les bonnes flèches s’enchainent plus aisément que la veille.Le tir et le résultat sont bien meilleurs et cela nous permet de gagner ce 1er duel. Mais ce n’est pas fini, on est remonté à bloc.

(Origine photo : François Cottin)
dsc_0625-800x533

2ème duel, on rencontre Saint Malo. On s’accroche, notre performance augmente et nos résultats sont encore mieux. L’ambiance est là, mais les filles de Saint Malo sont  plus fortes pour cette fois : elles finiront d’ailleurs championnes de France. On se fait donc éliminée en quart de finale (pour finir à la 7ème place), mais on est contente parce qu’on n’a rien à regretter de notre tir. On a donné ce qu’il fallait. On a fait le job. Maintenant, ça ne suffira pour cette année, mais ça n’en reste pas moins un super week end et une super expérience.

(Origine photo : François Cottin)

dsc_0694-800x533

On retiendra d’ailleurs de ce week end nos conversations de blondes, nos références culturelles (qui font désespérer le coach : t’inquiète Manu, « aie confiancccccceeee » ce sera pire l’an prochain), et nos fous rires. Mais on retiendra surtout ce que l’on a pu montré : une équipe soudée, ultra motivée, pleine de niak, juste peut être encore un peu trop jeune ensemble pour aller plus loin sur ce championnat. Mais ce n’est pas grave, on a appris de notre tir du week end, et on a bien observé notre équipe homme qui s’est battu comme jamais pour monter sur la boite (3ème). Maintenant, on sait comment faire. L’an prochain, on y sera aussi !

Alors, PRETES les filles ?

Aurore

 

Championnat de France 3D : un week end en… argent !

Categories Championnat de France, Tir 3D, Tir à l'arc

Ce week end avait lieu le championnat de France 3D 2016 à Bonneval dans le Centre. Dernier championnat organisé sur le mode 2 fois 20 cibles. Ensuite ? Surprise.

Comme vous le savez avec mon article précédent, je me suis récemment sélectionnée pour les championnats d’Europe. Mes dernières 2 semaines ont donc été consacrées à la préparation de ce championnat, tant dans le tir que dans tout ce que je dois penser à faire ou à prendre avant de partir. Impossible dans ma tête de me dire qu’il y a, avant, un championnat de France. Bon, je me dis que je réagirais bien une fois sur place.

En arrivant sur place, certains me demandent si mon objectif est de gagner. Non, bien sûr. Je suis peut être sélectionnée mais cela ne fait pas de moi LA meilleure française (la concurrence n’étant pas strictement la même entre le sélectif et le championnat de France). Je pars toujours 6ème sur le papier. Alors bien sûr, je ne viens pas pour rien. Je suis là pour me donner encore plus confiance en mon tir, en m’engageant à 200% sur chacune de mes flèches tirées ce week end. Et pour gérer mon mental dans les hauts comme les bas, dans les moments où le cerveau se met à réfléchir aux conséquences de mon tir, alors qu’il devrait uniquement se concentrer sur la flèche à venir. Après, bien sûr, si je peux grapiller des places….

(Origine photo : FxD Évents Photography)

France 3D 2

Le samedi, je pars donc en tête du 2ème peloton. Je ne vois pas la journée passée. Les filles sont sympas, on papote, on se recentre pour tirer, ça roule. Le tir se passe bien. Le mental est bon, le score aussi : 379. Je ne réfléchis même pas aux scores des filles du 1er peloton. Moi, j’ai fait le job. Au retour, surprise, je suis 2ème. A 12 points de Déborah, mais surtout, je suis suivie de près par Elodie et Mylène (à 1 et 4 points derrière moi). Autant dire que tout se jouera le dimanche. L’écart est trop faible pour se donner gagnante. Et pourtant….

Le dimanche matin, je me réveille et mon cerveau se met déjà à cogiter. C’est tellement simple de commencer à rêver à ce podium potentiel. Mais attention, c’est justement ce que je veux éviter. Le cerveau rêve, on s’y voit déjà et on oublie de faire le nécessaire. Il ne reste ensuite que des regrets. Hors de question de tomber là dedans. Un coup de pied au c… mental plus tard, j’arrive sur le site avec le mental de la veille retrouvé : aujourd’hui encore il n’y aura pas de conséquences immédiates à mes flèches. Je les tirerais une par une, avec l’engagement nécessaire.

(Origine photo : FxD Évents Photography)

France 3D 1

Je suis maintenant dans le 1er peloton mais là encore, les filles sont sympas, et on est toutes là pour passer une bonne journée. Malgré tout, on s’observe, d’un point de vue résultat, mais je reste détachée. A mi parcours, je me rends compte que le podium est largement atteignable, mais Elodie prend de l’avance. Suite à une erreur de tir de ma part, elle est à plus de 10 points devant. Si je ne me reprends pas, elle sera 2ème, et moi, au mieux 3ème. Je reste centrée sur mes flèches, mais j’y mets encore plus d’engagement pour lui reprendre des points. Mais elle aussi. Je fais 22, elle fait 22. Je fais 21, elle fait 21…  On y met le paquet. A 2 cibles de la fin, je suis toujours à 7 points derrière. Je ne compte rien lacher malgré tout. Hors de question de regretter quoi que ce soit. J’ouvre sur un aigle, dont la zone reste invisible. J’enquille malgré tout un 21 contre 16 pour Elodie. Plus que 2 points de retard. Dernière cible. Une sorte de gros varan. Impressionnant par la distance de tir (38m de mémoire), le peu d’épaisseur de la bête, le lac derrière et la zone 10 invisible. Je me laisse impressionnée une fraction de seconde, puis je mets cette peur de coté. Ce qui compte maintenant, c’est de rattraper ces 2 points. Je tire mes flèches à 300%, et elles volent exactement où il le faut. En cible, je découvre les scores. Elodie fait 19, contre 21 pour moi. Nous sommes à égalité à 381. J’ai gagné ce « duel » : je suis médaille d’argent ! Et je bas mon record 40 cibles en prime ! Déborah reste bien loin devant nous, mais je suis fière de m’être battue jusqu’au bout pour ne pas me contenter du bronze. Et je remonte sur un podium national après 11 ans ! Là aussi, il a fallu être patiente ^^.

Medaillée

Je repars confiante pour la suite, parce que je sais que mentalement, je suis capable de beaucoup. Est-ce que ça suffira pour dans 2 semaines ? Je ne sais pas. Mais si je tire en Slovénie comme j’ai tiré sur ce France, une chose est sûre, quoi qu’il arrive, je n’aurais aucun regret.

Aurore

Championnat de France Campagne

Categories Championnat de France, Individuel, Tir Campagne

Je ne tire toujours pas. Mais le tir à l’arc fait toujours partie de ma vie. C’est comme ça que je me suis retrouvé dans l’équipe d’organisation du France campagne jeune et scratch.

Et quel championnat de France ! Un site de folie, la vallée de la Maurienne nous apportait un paysage extraordinaire : les montagnes, la neige, les paysages de folie !

IMG_3602

Une fois la validation par la FFTA, c’est tout bon. Mais le plus dur restait à faire. On a pris le championnat un peu au dernier moment. Marianne s’est lancé dans cette aventure de folie. Mais pas toute seule. Elle a su s’entourer de spécialistes du campagne et de bénévoles volontaires et motivés pour une expérience unique. Une équipe de folie !

Donc oui, on a bossé, rempli des dossiers, surtout Marianne sur cette partie là, fait des devis, recherché des solutions aux problèmes qu’on a eu. Cojité sur les parcours et sur les finales. Et tout ça en 6 mois.

Mais le championnat s’est déroulé limite tout seul. Bien sûr, il y a eu des problèmes,  l’installation des parcours sous la pluie, des chutes de neige en juillet, une cible à l’échauffement qui tombe, avec les flèches, des cibles qui sont à refixer après le 1er jour, une jeune qui s’est cassé le pied,…

Alors oui, nous avons galéré à faire des parcours techniques, jolis, intéressants, en gros qui plaisent à tous. Mais on a fait notre travail avec les éléments qu’on avait et avec passion. Dans le but de faire au mieux. Et on peut toujours faire mieux. Mais quand on a les retours positifs qu’on a eu de la part des archers, tous ces petits problèmes ne sont rien à côté de ces petits mots agréables qu’on a eu en retour.

 

Merci aux équipes de bénévoles pour tout ce qu’ils ont donné.

Merci aux archers indépendants pour les initiations.

Merci à Lyon Archerie de nous avoir aidé et donné du temps pour trouver des solutions.

Merci à tous ceux qui nous ont aidés de près comme de loin.

Merci Marianne pour cette expérience mémorable. On recommence quand ?

Bilan d’une saison bien chargée

Categories Championnat de France, Concours, Non classé

Enfin ! Cette loooongue et épuisante saison 2014-2015 est sur le point de se terminer. Il est donc temps de faire un bilan.

Cette saison a été pour ma part, riches en émotion, en travail, en expérience et en progression.

Ayant terminé plus que bien ma première saison 3D en TL, l’objectif de cette année était d’augmenter mon niveau de qualification pour pouvoir défendre mon bout de steak au sélectif 3DI et qui sait, aller encore plus loin.

Me voilà donc changer de club d’entraînement, changer de BE, repartir de 0, tout casser pour tout reconstruire. Je ne cache pas que les premiers mois d’hiver ont été durs pour le moral. L’impression de ne plus savoir tirer, ne plus rien maîtriser, d’être l’esclave de son arc et non pas le maître. Mais j’ai tenu le coup. 6 mois de paille plus tard, me voilà déjà plus confiante et presque prête à aborder les premières compétitions extérieures.

IMG_3844

Début avril, c’est la première sortie et un premier échauffement au parcours sur l’arrow head (tir campagne sur 2 jours) de Clisson. J’y fais plusieurs erreurs mais je note, j’analyse, je réfléchis. Dès le 2ème jour, je mets en place les solutions pour corriger et ça paye ! Le week end est déjà productif.

Puis le premier 3D arrive enfin à Irigny. C’est un peu l’heure de vérité. Ce jour là, j’applique et je vais chercher les points. Je bats mon record, mais timidement, à 719. C’est un bon début.

Début mai, Lyon 8 organise à côté de chez moi un tir campagne à Fourviere. Même si ce n’est pas ma discipline phare, je ne peux pas rater ça. J’y vais décontractée, pour me faire plaisir et mettre en application ce que j’ai travaillé. Résultat : nouveau record personnel en campagne. Et de 2.

IMG_2131.JPG

Fin mai, la saison de 3D reprend cette fois ci pour de bon. Elle est belle et bien lancée. Je tire mon 2 ème concours à Chamousset où j’explose encore une fois mon record mais moins timidement cette fois (741). Ça fait plaisir, je profite mais je reste réaliste. Maintenant il faut renouveler pour que ce score ne soit pas un record mais une moyenne. Rien n’est donc acquis. Je refais plusieurs tirs et je confirme : les scores restent dans cet ordre de grandeur. Tout va bien : la progression est belle. Au final, je prends 54 points de moyenne. Le travail a payé. De quoi arriver plus confiante en août.
Oui mais voilà, j’ai fait un grand pas en avant cette année, mais les filles aussi. Alors que seule Déborah atteignait les 780 l’an dernier, au moins 5 filles l’ont atteint cette année. Je ne les rattraperais pas cette année. Mais si elles peuvent le faire, alors j’y arriverai aussi. Il faut juste laisser un peu de temps au temps.

La saison avance donc mais j’ai comme l’impression que le week end du sélectif n’arrivera jamais. Le mois de juillet n’en finit plus et les entraînements sont très éprouvants du fait que je n’en vois plus le bout.
Et enfin, le week end du sélectif arrive. Dans la voiture encore, en direction de Pers en Gatinais, on plaisante à la perspective de tirer sur un terrain tout plat. Et bien, on se trompe. On a droit le vendredi à un beau parcours avec des descentes, mais aussi des montées : des montées courtes distances certes, mais bien raides. Je pense notamment aux petits renards, et aux hérissons. Paix à leur âme et paix aux flèches cassées derrière. Globalement un beau parcours avec des distances plus longues que celles observées sur les concours du dimanche ou du moins des cibles plus petites.

Aurore Selectif

Le sélectif se déroule en 4 étapes. Le premier jour, tous les inscrits participent. On tire un parcours de 24 cibles à raison de 2 flèches par cibles, en 1min30. Seul point noir à l’horizon : l’élimination (au sens sportif du terme, bien sûr) en fin de journée de tous les archers classés au delà de la 8ème place. Chez les TL femme, nous sommes 9. Une seule fille sera donc éliminée : c’est dur. Sur le papier, au vu du classement national, je pars 8ème sur 9. Il va donc falloir tout prouver. Je sais que tout est à faire, et je suis surtout réaliste (mais pas perdante). Il ne va falloir rien lâcher pour rattraper le niveau des filles. Est ce que je suis stressée ? Je ne sais pas. Est ce que j’ai peur de perdre ? Non. Mais j’ai peur de ne pas tirer à mon niveau et de ne pas montrer de quoi je suis capable. On travaille toute l’année pour un objectif et tout peut s’écrouler en un rien de temps sans qu’on n’ait pu réagir.

Il faut surtout se mettre dedans. J’avoue que les premières flèches sont tirées concentrée, mais il manque la vraie concentration, ma vraie NIAK qui fait que je vais « bouffer » les cibles. Le stress peut être ? Pas sûr. J’étais surtout surexcitée d’être enfin là, sur ce week end tant attendu. Après plusieurs cibles, c’est parti. Je m’excuse auprès des filles. Non je ne fais pas la tête et non je ne vais pas les agresser en sortant du pas de tir (il parait que je faisais peur parfois). Je suis juste super NIAKEUSE et mes flèches sont tirées avec toute la NIAK que je peux y mettre histoire de ne rien lâcher.

Au final, je fais plusieurs erreurs d’estimation qui me valent des 5 mais je sais tout de suite corriger pour revenir dans le 10 ou le 11. Techniquement, je suis bien, ça part quand je veux. A l’issu de cette journée, je finis donc 4ème. Ca passe !

Aurore France 2

Mais déjà il faut se ressaisir. Le samedi matin, nous ne tirons déjà plus que 12 cibles à raison de 1 flèche par cibles, en 1min. Il faut rester dans les 6 premières pour pouvoir continuer l’après midi. Etant 4ème, je pars avec le peloton des meilleures. Et il faut dire que je suis impressionnée. Tout semble super simple pour elles. Et il y a du niveau. Moi j’essaie surtout de rester dans ce que je sais faire. La encore je fais des erreurs d’estimation (inversées par rapport à la veille : Ah le cerveau !) mais il n’y a plus de 2ème flèche pour rattraper. Je finis donc avec un score en dessous de ce que je suis capable de faire, même si globalement, mes flèches étaient bien tirées. A la fin du parcours, je sais que ça risque d’être limite. Il faut donc attendre les résultats du 2ème peloton. A leur arrivée, la sentence tombe. Nous sommes 3 à la 6ème place (Elodie, Rachel et moi). Il y aura donc tir de barrage : à 3 pour une seule place. Bon. Il ne faut pas se relâcher, tout est encore jouable. Retour au greffe, et on attend que l’organisation installe LA cible de barrage : le pingouin (je l’aimais déjà pas celui là…). Grande découverte à ce moment là : le barrage ne se fait pas en 1min mais en 40 sec (va savoir quelle est la différence entre tirer une flèche en parcours et tirer une flèche en barrage…). Bref le règlement est le règlement. C’est parti ! On tire toutes les 3 en même temps. Les filles sont plus rapides. Moi je crois être en retard mais j’entends l’arbitre qui annonce les 30 secondes alors que je lève le bras. Tranquille ! Il reste 10 secondes. Je me détends, je vise, lâche. Encore une fois, je me trompe de distance. Décidément ! Je fais donc 8 contre 5 pour Rachel et 10 pour Elodie. C’est Elodie qui passe. Rachel et moi sommes éliminées. Tant pis. Il faut encaisser, le temps que la pression retombe.

Après réflexion, je peux regretter de ne pas avoir réussi à tirer l’après midi mais il faut se l’avouer, je ne pense pas que j’aurais réussi à passer dans les 4 pour les duels du lendemain. Le niveau était bien au dessus. Ce n’est pas une remarque négative. Juste un constat. Mais j’ai bien observé et appris. Ce n’est que partie remise.

Sid

Scrat

Juste le temps de retourner travailler 4 jours et c’est reparti pour le championnat de France 3D à Sully sur Loire le week end suivant.
Ce championnat n’était absolument pas l’objectif de l’année mais une saison doit se clôturer par un France (à défaut d’un Monde). J’essaie donc de l’aborder correctement et de ne pas déjà me croire en vacances de tir a l’arc.
Je pars 6ème et l’objectif est de ne pas perdre de place ou même d’en gagner. Soit !

Je me lève le matin et je trouve une invitée surprise : une migraine ! De quoi bien commencer la journée. Je m’arme de cachets et de lunette de soleil et j’espère que ça passera.
Nous commençons le samedi après-midi sur le parcours jaune : parcours sur les bords de Loire. Dès les premières cibles, on sait que le vent va nous enquiquiner toute l’après midi. Un vent pas régulier, par bourrasque qui empêche bien de stabiliser ou qui embarque au moment du lâcher. Le tir est donc difficile et personne ne prend vraiment de plaisir. Ni dans le tir, ni dans le score d’ailleurs. Pendant les 10 premières cibles, je n’arrive pas à rentrer dans le 10 et fais beaucoup de 8. Pendant les 10 suivantes, on change de côté et le vent est encore plus pénible. Les résultats en cible changent. Maintenant je fais beaucoup de 5. Bref, pas de plaisir et un score 60 points en dessous du score habituel. On a beau se dire que c’est un France et que le vent est là pour tout le monde, ça fait mal au moral. Mais bon, je ne suis pas la seule à avoir chuté autant, donc il faut se dire qu’on est capable quand même.
Je finis 8ème. Il y a donc 2 places à reprendre pour atteindre l’objectif.

Aurore France

Le lendemain, la migraine est partie et le vent aussi. Ouf ! Il n’y a pas de stress tellement je suis derrière, mais je voudrais remonter les 2 places perdues et surtout me prouver que je suis tout à fait capable.
Je retrouve mon tir, me refais confiance et c’est parti. Là encore, je fais plusieurs erreurs d’estimation mais je rattrape. Je finis à 369 soit dans mon score habituel. Petite satisfaction au passage : je fais le 3ème score de la journée chez les TL senior femme à 5 points du meilleur. Donc je suis bien contente de moi. Mais ça ne suffira pas. Je ne rattrape qu’une place et finis donc 7ème. L’objectif n’est pas atteint mais je repars confiante en ce que je suis capable de faire. Et avec une liste de choses à travailler pour l’an prochain.

La fin de saison ne s’est donc pas passée pour moi aussi bien que je l’espérais. Mais au vu de ma progression de cette année, je sais que je suis capable.
Le travail fourni cette année n’est pas perdu et il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour être dans les toutes meilleures. Mais j’y arriverai !

Une chose est sûre. Je n’aurais pas progressé comme ça sans tous ceux qui me soutiennent et qui croient en moi. Vous savoir derrière moi et très important pour moi et très motivant. Alors un grand Merci à tous, et tout particulièrement à Mathieu, Didier, Alexandra et Nicolas.

Merci aussi aux supporters du championnat de France qui ont fait le déplacement. Didier, Aline, Nicolas, Cécile : ça m’a fait très très plaisir de vous y voir. 😊

France Campagne 2015 – Rives

Categories Championnat de France, Tir Campagne
Tags , ,

Il y a quelques temps j’avais écrit un article sur ma saison .. en attendant le France. Au moment de la rédaction de celui-ci, pour être franche, le France je n’y croyais guère ! Mais bon voilà, finalement, le sms de la fédé est arrivé, sans surprise d’après mon entourage, mais pour moi si, mais c’est avec une immense joie (si si, immense !!) que j’ai reçu ce message et repris le chemin du pas de tir, ayant quelque peu mis en pause mon entraînement pour cause de dos douloureux.

Sur ce France, je veux faire mieux que l’an dernier, alors il est vrai que je me mets un peu la pression : à réception de la confirmation il me reste à peine plus d’1 semaine. Une semaine d’entraînement physique et surtout mental, pour arriver à me blinder sur le parcours. Ce sera 3 entraînements avec l’arc, je ne veux pas me prendre la tête avec le jaune alors je fais mes traversées de cartes (oui, enfin, après 4 saisons de tir campagne, je me décide ^^).  Et une semaine pour trouver ce qui mentalement, musicalement m’aidera le jour J, un album s’impose à moi, presque oublié, pourtant pas si vieux, mais plus écouté depuis un moment, Earth rocker de Clutch.  Voilà pour la prep’ après c’est une histoire de confiance, je sais faire, j’suis quand même pas arrivée là par hasard !!

31 Juillet – 17h30  : Arrivée. Passage au greffe, on retire dossard et mug. Contrôle du matériel, oufff, j’suis apte !  Puis terrain d’entraînement, les choses sérieuses commence ! Je retrouve Mathieu, également qualifié. IMG_2842Ca sera donc l’occasion d’évoluer ensemble sur ce CDF.  Enfin ‘ensemble’ est un bien grand mot, car à la grande déception de Mathieu nous ne pouvons pas faire peloton commun ^^ (alors, pour ceux qui ne l’ont pas compris, oui c’est une blague 😉 ). Nous avons tout deux des objectifs différent sur ce France, mais nous nous retrouvons ce 31 juillet dans la bonne humeur ! Quelques volées pas trop loin, mais pas trop près. Les choses sont en places, la fatigue de la route étant là, ce n’est pas le moment de froisser quelque choses alors je n’insiste pas (le dos douloureux est toujours là, réveillé suite au dernier entraînement …).

01 août – 08h00 : Échauffement avant l’appel des pelotons. Suite à un désistement, je suis finalement la dernière du peloton 4, au lieu d’être la première du peloton 5. Ce changement est, de mon point de vue, à mon avantage, la position de loco’ n’étant pas mon fort, je préfère avoir plus fort devant moi et essayer de les ‘bouffer’ (dans le sens sportif du terme, cela va sans dire 😉 )

09h45 : Départ des pelotons (pour la petite histoire, c’est Agnès Meri qui ‘dépose’ mon peloton à la cible). Mentalement, ce soir je suis dans le cut, il n’y a pas d’autre choix possible. Ce soir 16ème max.

10h00 : On entend le coup de départ, c’est parti ! 1ère cible sans difficulté, une 80 a à peine 40m, 1ère flèche tirée, une brosse en bas, bien dans l’axe mais brosse … bon c’est ce qui se passe lorsque’on tiens pas son bras, mais pour le mental ça démarre mal !! Les cibles  s’enchaînent, mais les points ne montent pas,
Sans titre3

le parcours  est physique et technique mais ça n’explique pas tout : à la 5ème cible, je suis à 43 points ..bon là faut se remuer !!! Virginie nous court après, et nous dis que la cible n°5 sera annulée suite à un souci de piquet au mauvais endroit. Le score sera donc sur 23 cibles.

La journée se poursuit, dans le peloton, il n’y a qu’une seule personne que je ne connais pas, Anne, et c’est une chouette rencontre.
A 12 cibles le score affiche 121, il en manque (un  paquet !!), mais c’est déjà mieux. Les 12 cibles suivantes seront meilleures : 140. Je finis donc à 261, un score plutôt bas, mais pas déshonorant pour un France. Je suis, à quelque erreurs près (3 brosses, qui vont me coûter chère ..), contente de mon tir et de ma journée.

17h00 : retour au greffe, on fait les totaux, remises des feuilles de marque. Retrouvaille avec les amis, les traditionnels ‘ça a été ?’ sont de rigueur. On discute. Comme d’habitude personne n’est réellement content de son tir.
IMG_2837Pour ma part, même si niveau tir, la journée à été loin d’être parfaite, j’ai le sentiment d’avoir fait le job, je suis 2ème de mon peloton, le 4ème peloton. Même si je sais que tout est possible, statistiquement parlant, c’est bon. A ce moment, dans ma tête je suis dans le cut. Je croise Anne, qui me conseille de ne pas démonter, car a priori il y a des barrages, mais je ne suis déjà plus dedans, pour moi la journée est terminée … je me dirige donc vers le bar, boire la bière traditionnelle d’après parcours !

A mi-bière (oui je sais pas trop comment l’exprimer autrement ^^), j’entends ‘Alexandra t’es en barrage !’ Et là, ma première réaction est de dire ‘Nan, tu déconnes, j’peux pas être en barrage, je bois une bière !’ Ca peut faire sourire mais c’est dire si le mental n’était plus du tout à la compétition … Je reste quelque peu interdite, rassemble mes esprits, tends le reste de bière à Laurent, me dirige vers mon arc. L’arc en main, je croise Romuald et Julien à qui je demande conseille ‘comment ça se passe un barrage les gars, c’est à 60m mais après .. c’est 1 flèche c’est ça !?’ Les gars me prodiguent conseils et me rassure un peu, Antoine, qui arrive, me tri mes flèches pour me trouver LA flèche. Anne, que je ne connaissais pas 24h plutôt vient me parler de mon réglage 60 .. Ah oui, parce qu’avant de tirer la 60m ce samedi 1er août je n’avais pas mon réglage (no comment, je sais, j’arrive à un France sans réglages, mais je me suis quand même permise de faire 13 points -sur un max de 18- sans réglage 😉 ) et m’encourage également. Virginie qui arbitre le barrage, m’appelle. Je me dirige vers le pas de tir, mi-stressée, mi-speed, essaie de re-forger un mental de warrior. Je lève l’arc, respire, arme, vise, trop longue, beaucoup trop longue, je sais que je dois revenir…Clic … lâche …dommage … Je perds donc mon barrage, je suis 17ème. C’est pourtant pas les encouragements qui manquaient !!

La déception est immense surtout que sur 24 cibles je suis devant, donc j’avais bien fait le job … mais les règles sont les règles, tu ne faits pas de compétitions sans les accepter …Demain j’ai 12 cibles à tirer .. j’ai pas envie …

02 août – 08h00 : je dépose Manu et Laurent sur le terrain d’échauffement des 1/8ème.  Repars vers le terrain des tirs de classements. J’ai promis de tout faire et me battre pour conserver ma place de 17ème. Une promesse est une promesse..!

09h00 : Échauffements. Appel des pelotons. On nous apprends qu’au vu de l’organisation des tirs de classements (une boucle de 12 cibles au lieu de 2), nous ne pourrons pas être de retour pour les 1/2 finales … IMG_2834C’est mentalement dur, car je sais que j’ai potentiellement des amis à encourager. La journée est longue, et ce n’est pas qu’une image, il nous faudra presque autant de temps pour boucler les 12 cibles que les 24 de la veille .. Ca bouchonne presque à toute les cibles, 2 énormes bouchons, dont un de 45 min à la cible 9, la plus technique de la journée .. attaquer la 50m, alors qu’elle est loin d’être à plat, à froid, ça fait mal, au dos, et au score… Je manque de craquer, je me bats contre moi-même sur chaque flèche. Aurore arrive à ce moment là. Discuter avec elle m’aide a retrouver un peu de niak ! Et la journée se termine, on ramène les feuilles de marque (au bar …). Je croise mes concurrentes, demande les scores. Je n’ai pas le temps d’attendre l’affichage des résultats, on vient de m’apprendre que Romuald est en 1/2 final, je veux donc être au parc de l’orgère pour le soutenir ! Je comprends que je suis 17ème. Le job est fait. Plis l’arc et on file soutenir Romuald !!

15h00/15h30 : les finales ont commencées, on ne sais pas pour quelle place joue Romu, mais on est là, à temps. On retrouve les ligériens, qui nous informe que Romuald est en finale !!! Derrières les jumelles, on nous annonce les scores, il est devant son adversaire, 3 points, il faut que ça continue !! Il reste une cible à tirer, la 80 à 60m. Franck est confiant. Nous on y croit !! Eric, l’adversaire, tire. 15 point. Romuald, fait également 15 points …. Romuald est champion de France !!!!!!!! On a tous les yeux un peu mouillés par la joie, on va féliciter ‘notre’ champion 😉

Bref, pour conclure, ce fut encore un week end, riche en émotions, en amitiés, en sportivité, en rencontre et en apprentissage !!! Et qui clôture (presque, y a encore le France par équipe 😉 ) une saison en dents de scie, difficile et éprouvante ! Cette année et ce week end, j’ai encore beaucoup appris de mes erreurs, mais aussi à regarder et écouter les autres. Même si elle a été perdu, cette flèche de barrage est une sacré expérience, l’an prochain j’y serais mieux préparé ! Romuald, te voir évoluer en final, c’était juste super ! Que d’émotion ! Et voir un pote sur la 1ère marche du podium, c’est indescriptible et ça n’a pas de prix ! Merci pour ça 😉 Et merci à toi, et à tous, pour vos conseils, vos encouragements durant cette saison et ce week end. Merci à Aurore d’avoir fait le déplacement pour m’encourager 😉 Que ferais-je sans vous !!!
Et merci à Anthony (Adesign-création) de me laisser utiliser ses photos pour illustrer l’article, qui sans elles, ne serait qu’un long étalage de mots, sans queue ni tête, et surtout sans illustration 😉

 

 

Championnat de France 3D – Une fin de saison du tonnerre !

Categories Championnat de France, Tir 3D

Ce week end (16 et 17 aout 2014) se déroulait le championnat de France 3D à Surgères : mon tout premier championnat en arc à poulies (Tir Libre, dans le jargon 3Diste).

Pour les deux jours, les pelotons partent en décalé dès 7h30 du matin sur les 3 parcours proposés : Moustiques (aïe aïe aïe), Grenouille et Cagouille (c’est un escargot, pour les incultes comme moi). Pour nous, Tir Libre, la compétition commence tard puisque nous sommes les dernières catégories à partir (entre 13h et 14h). Au moins nous aurons évité le (grand) froid matinal, et nous aurons pu profiter du soleil écrasant de l’après midi.

Comme chaque année, les pelotons sont constitués sur la base du classement national. Etant 10ème, je pars donc dernière du deuxième peloton. Pas trop de pression donc : je suis bien loin des meilleures. Mais il faut tout de même se fixer un objectif : se faire plaisir (le plus important) et au moins maintenir mon classement.

On attaque sur le parcours Moustique. Début cahotique : je ne fais pas de paille mais je fais beaucoup de 5. Pour ma défense, imaginez un raton laveur, avec son petit 8, son petit 10 (comme une pièce de 5 Francs, pour ceux qui s’en rappelle) et son minuscule 11… à 30m ! Et bien c’est pas bien gros ! Bref, je m’accroche tant bien que mal mais la moitié des flèches partent à gauche malgré mes tours de viseur. Et puis à la 12, je reprends confiance et ça rentre. Ça ne s’arrête plus. Je fais une fin de parcours exceptionnelle, et je rattrape une grande partie des points perdus sur les 11 premières cibles. Le score de cette première journée reste donc tout à fait raisonnable, quasiment dans mes points. Pour un championnat de France, je suis donc bien contente. Déjà la première journée, je grapille 3 petites places : je suis 7ème. Oui mais voilà, même si les 5 premières sont à plus de 20 points au dessus, nous sommes 6 (de la 6ème à la 11ème) dans 11 petits points. Cette 7ème place n’est donc pas acquise. Il va falloir se battre pour la garder. Et ce ne sera pas facile !

Je commence le deuxième jour super motivée, sur le parcours Grenouille. Dans ma tête, nous sommes revenues à 0 et je veux battre les filles du peloton. La première commence au quart de tour avec des scores impressionnants. Qu’à cela ne tienne, je m’accroche ! J’ai la niak. Tout rentre facilement parce que j’en veux. Tout rentre TROP facilement. La niak est là, mais plus la fatigue arrive, plus le mental est dur à maintenir. Je n’ai jamais aussi bien tirée alors les doutes arrivent, avec la peur du moment où je vais tomber de mon nuage. Mais je tiens bon. Je concède deux 5 d’estimation sur la fin du parcours, que j’arrive immédiatement à corriger par des 10 ou 11 (j’étais vraiment très haut sur mon nuage là). Je termine la compétition sur un superbe 11, sursaut de niak pour un beau final. J’en ressors épuisée, mentalement surtout, mais très très contente de mon parcours.

Je repars donc de ce championnat avec un record personnel sur 20 cibles, un record personnel au cumulé sur 40 cibles et une belle 5ème place bien méritée. Et bien sûr, encore plus motivée que jamais.

Entre le sélectif et ce championnat, je pense qu’on peut dire que ma saison se finit très très bien  !

Championnat de France 3D par équipe de club

Categories Championnat de France, Concours, Par équipe, Tir 3D, Tir à l'arc
Le week-end dernier avait lieu à Saulx-les-Chartreux le championnat de France 3D par équipe de Club. En effet, l’équipe homme s’était imposée à la suite d’une magnifique compétition l’année dernière. Cette année, avec mon club, nous avions un simple objectif : que les deux équipes , hommes et femmes, fassent mieux que l’année dernière. Nous avions fait 3 chez les hommes, et 10 chez les femmes. Il nous fallait passer le cut afin de tirer les phases finales. La compétition dure tout un week-end : tir de qualification le samedi, duels de phases finales ou tir de classement le dimanche. Afin d’être en forme pour ce week-end sportif, nous sommes arrivés sur site le vendredi soir. Ce qui est agréable, c’est de croiser d’autres équipes dans l’hôtel, et même de s’inviter à manger au restaurant avec eux! un bon week-end qui commence…
1378807_729123527103419_1331113570_n
Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes prêts à partir sur les parcours, préparés par une confédération de 12 clubs, assemblés pour l’occasion. Le cadre est vraiment agréable, au bord d’un lac, des cibles changeantes, j’ai vu mon premier empereur manchot! Le parcours est peu technique, pas de grande montée, ou de gros dévers. Cependant, les distances n’étaient pas faciles à estimer, ce qui a donné du cachet à ce tir de classement. Avec mes archères, nous avons su nous motiver et tirer au mieux jusqu’à la dernière cible, malgré la fatigue accumulée notamment pour notre arc nu, Tiffany, à peine sortie de sa semaine de préparation au championnat du monde 3DI en Italie. Faisant partie des premiers pelotons revenus, nous attendions impatiemment l’arrivée des autres équipes, pour suivre le classement en temps réel… Ferons nous partis des 8 premières équipes? Allons nous faire les duels des phases finales, ou le tir de classement? En attendant l’arrivée des dernières équipes, on retrouve notre équipe masculine. Elle n’est pas entièrement satisfaite… mais l’essentiel, pour eux, c’est surtout de passer le cut. Enfin les dernières équipes arrivent : les hommes terminent 5ème, et nous 8ème! on passe… juste, mais on passe! Un repas tous ensemble, puis tous au lit, le sommeil nous attend. des massages entre archers, pour être prêt pour demain. Les coatchs qui s’organisent pour la journée du lendemain… où la pluie sera à priori de la partie.
1233031_522470544497559_2070995184_o
Pour les femmes, on commence en quart de finale. 1 match, 2 flèches chacune, 3 archères, 4 cibles, où il faut tout donner pour vaincre la meilleure équipe de la veille, et passer en demi finale. Après l’échauffement, les pelotons pour les tirs de classement partent, suivis par les matchs des hommes, qui débutent en 8ème. Avant même que l’organisation fasse partir les femmes pour les matchs, un orage éclate, on ne voyait même plus les tentes des exposants à 20 mètres! Nous avons eu l’avantage de nous mettre à l’abri, alors que tous les autres avaient déjà commencé à tirer! Une fois le gros de l’orage passé, ayant 5 cm d’eau à nos pieds, nous suivons les organisateurs qui nous indiquent nos cibles respectives. Nos supporters, enfin, plus exactement : notre supporter est derrière nous. Début des tirs. Contrairement à la veille, nous arrivons directement à tout mettre dedans, une belle équipe soudée, une énergie commune. 2’58 », et un petit sourire de l’arbitre qui me confirme que nous n’avons pas dépassé les 3 minutes réglementaires, comme toutes les cibles de la veille. Après le décompte, nous sommes devant. Nous ouvrons la deuxièmes cible, et rassurons notre supporter en allant à la troisième : on n’a jamais aussi bien enchaîné les cibles… on prend encore de l’avance, qu’on agrandit encore un peu après la troisième. Voici donc la quatrième et dernière cible de ce match, sauf s’il y a barrage… l’équipe adverse nous a épaté sur cet ours à 28 mètres… même si nous n’avions pas aussi bien tiré que sur les trois premières, ils arrivent tout de même à nous reprendre 12 points! ce qui signifie qu’ils nous passent devant 164 à 163. C’est donc au terme d’un très beau duel que nous nous inclinons devant la meilleure équipe de la veille, à un point, avec le 4ème score des 8 équipes des quarts de finales femmes, et avec une moyenne que nous n’avions jamais atteint en équipe! Ayant fini nos tirs, nous rejoignons vite l’équipe hommes afin de les soutenir dans leurs matchs. Les 8èmes n’ont pas été de tout repos. Beaucoup d’équipes en tête du classement ne sont pas passées, en commençant par les premiers du classement de la veille, éliminés proprement par un club que nous connaissons bien et que nous retrouverons plus tard : Challes les eaux. C’est en demi finale, au cours d’un match de très haut niveau que Challes prends sa revanche de l’année dernière, et part pour leur finale, laissant notre équipe hommes du Club d’Eybens gagner par la hargne leur petite finale.
C’est donc à la même place que l’année dernière que finit notre équipe hommes, et 5ème pour les femmes. Merci à toute l’organisation pour ce championnat, une pensée pour les rescapés, une équipe réstée sur une île, coincée par la pluie pendant quelques temps… d’où le fait que les tirs de classement des femmes ne soit que sur 19 cibles! Rendez-vous l’année prochaine à Mont-Louis sur Loire, puisque leur équipe femmes a survolé la compétition!
1265409_522957187782228_1181811083_o