Championnat du monde 3D à Robion (Fr) [MAJ 21/09 14h00]

Categories Championnat du Monde, Les Flèches Légendaires, Tir 3D, Tir à l'arc
Tags , , , , , ,

Bonjour
Cet article sera mis à jour tout au long de la compétition, du 19 au 24 septembre 2017, en fonction des informations qu’on aura.
J’indiquerai dans le titre. Lire la suite « Championnat du monde 3D à Robion (Fr) [MAJ 21/09 14h00] »

Des amis en or

Categories Championnat du Monde, Les Flèches Légendaires, Tir 3D, Tir à l'arc

Les flèches légendaires, pour vous, c’est un blog où l’on vous raconte nos moments de tir à l’arc, nos compétitions, nos rencontres improbables, notre saison… Pour moi, c’est avant tout 5 super potes, dans le tir comme dans la vie, toujours là quand on a besoin d’eux. C’est aussi mes plus grands supporters. Toujours à trouver les mots justes pour m’encourager dans les bons moments et les plus difficiles.

Lire la suite « Des amis en or »

Retour sur un sélectif 3DI éprouvant et une sélection inespérée

Categories Championnat du Monde, Tir 3D, Tir à l'arc

La nouvelle équipe de France 3D vient d’être dévoilée. A moi le championnat du monde à Robion, sous les couleurs de l’équipe de France !  Retour sur un week end de sélection éprouvant !

Lire la suite « Retour sur un sélectif 3DI éprouvant et une sélection inespérée »

Championnat de France 3D par équipe de club

Categories Championnat de France, Par équipe, Tir 3D

Et voilà, on en arrive à mon dernier championnat de la saison, qui clôture une loooooongue saison 2016 : le championnat de France 3D par équipe de club à Portes les Valence.

Mon premier championnat en tant qu’archer. Mon premier championnat aussi avec l’équipe fille d’Eybens. Et quelle équipe ! On se demande encore laquelle est la plus folle ou la plus blonde… ^^ Ayons d’ailleurs une petite pensée pour le coach (Manu), ça ne doit pas être facile à vivre ^^.

(Origine photo : François Cottin)

dsc_0610-800x533

Mais revenons au championnat. La compétition dure 2 jours. Le samedi, nous savons qu’aucune équipe fille ne sera éliminée. Mais l’objectif est d’obtenir un bon classement pour ne pas rencontrer les meilleures équipes dès le 1er tour. Il n’y a donc pas trop de stress. La journée permet surtout de mettre les choses en place, de chercher les solutions quand quelque chose ne fonctionne pas,  de trouver les mots, les gestes qui motivent, et de gagner en confiance en notre tir pour la suite. Le premier jour, tout se passe bien. Cette année, pas de cri de guerre, nous faisons la vague (beaucoup plus simple à réaliser que le déhanché envisagé au début) : l’équipe est soudée, nous sommes prêtes (coach compris) ! On peut partir tirer.

14359103_1149361995124850_1874183723188469145_n

Pourtant, on est légèrement en dessous de ce que l’on est capable de faire. Il nous manque le petit truc qui fait que ça dépote. Nous finissons 6ème de cette journée. Le debrief du soir nous fera prendre conscience de ce qu’il manquait. On est prête pour le dimanche.

14291695_1149362165124833_6441755933092546795_n

Le lendemain, la niak qui nous manquait est bel et bien là. On en veut à fond. Nous rencontrons pour le 1er duel l’équipe de Privas. Dommage. On va devoir se battre contre une équipe régionale, et contre les copines. Tant pis. On met ça de coté, et on y va. Objectif : gagner chaque cible une à une. On ajoute à la vague, le cri de guerre, et le brin de folie : ça fait du bien, ça défoule, et ça fait oublier les éventuels doutes de la cible précédente. On s’encourage encore plus fort, on se tape dans les mains et les bonnes flèches s’enchainent plus aisément que la veille.Le tir et le résultat sont bien meilleurs et cela nous permet de gagner ce 1er duel. Mais ce n’est pas fini, on est remonté à bloc.

(Origine photo : François Cottin)
dsc_0625-800x533

2ème duel, on rencontre Saint Malo. On s’accroche, notre performance augmente et nos résultats sont encore mieux. L’ambiance est là, mais les filles de Saint Malo sont  plus fortes pour cette fois : elles finiront d’ailleurs championnes de France. On se fait donc éliminée en quart de finale (pour finir à la 7ème place), mais on est contente parce qu’on n’a rien à regretter de notre tir. On a donné ce qu’il fallait. On a fait le job. Maintenant, ça ne suffira pour cette année, mais ça n’en reste pas moins un super week end et une super expérience.

(Origine photo : François Cottin)

dsc_0694-800x533

On retiendra d’ailleurs de ce week end nos conversations de blondes, nos références culturelles (qui font désespérer le coach : t’inquiète Manu, « aie confiancccccceeee » ce sera pire l’an prochain), et nos fous rires. Mais on retiendra surtout ce que l’on a pu montré : une équipe soudée, ultra motivée, pleine de niak, juste peut être encore un peu trop jeune ensemble pour aller plus loin sur ce championnat. Mais ce n’est pas grave, on a appris de notre tir du week end, et on a bien observé notre équipe homme qui s’est battu comme jamais pour monter sur la boite (3ème). Maintenant, on sait comment faire. L’an prochain, on y sera aussi !

Alors, PRETES les filles ?

Aurore

 

Championnat d’Europe 3D : Bilan d’une semaine riche en émotions.

Categories Championnat d'Europe, Tir 3D

Ma saison 2016 est enfin terminée et il est temps de revenir sur MON championnat de cette saison : le championnat d’Europe 3D en Slovénie, pendant lequel j’ai brièvement représenté les couleurs de la France.


(Origine photo : Dominique Porte)

img_2263
Un championnat d’Europe, ça ne vous parle pas ? C’est une semaine à partager avec une équipe de France soudée, à partager nos peines, nos doutes, nos espoirs, nos joies, à se transmettre notre motivation, notre énergie pour que chacun réussisse au maximum. Parce qu’on ne se bat pas que pour notre réussite individuelle mais aussi pour la réussite de cette équipe au complet. Une semaine donc à s’entrainer ensemble, à hurler nos cris de guerre ensemble, à se regrouper en calins générals avant de partir au combat !

(Origine photo : François Delattre – FxD Events Photography)

14232369_10154356060275449_6791721489625353914_n

Une semaine aussi à partager avec des archers de toute nationalité : des russes, des slovènes, des suédois, des italiens, des espagnols…. On vient de partout avec la même passion et la même envie de gagner et, pour les français, de faire retentir la marseillaise.

img_2271

Il faut compter entre 2 et 4 jours de compétition avec des éliminations au fur et à mesure. Le but est bien sur de tirer le plus longtemps possible.

(Origine photo : François Delattre – FxD Events Photography)

img_2327

Nous rentrons dans le vif du sujet dès mercredi matin. Pendant 2 jours, nous tirons 2 parcours de 24 cibles, avec 2 flèches par cible. L’objectif est de rentrer dans les 16 premiers pour pouvoir continuer. Je partage ces 2 jours avec une suédoise, 2 italiennes et une slovène. L’ambiance dans les pelotons est bon. Les filles sont sympas,  on essaie tant bien que mal de baragouiner en anglais. C’est assez folklo. Pour moi, ces 2 jours sont compliqués. Je n’arrive pas à mettre l’engagement nécessaire dans mon tir et j’ai du mal à lacher mes flèches. Les parcours sont sympas mais on tire des petites bêtes à des distances énormes. J’ai déjà vu ça sur une cible ou 2 sur des parcours en France, mais là, c’est tout le parcours qui est construit comme ça. Du coup, je fais des erreurs d’estimation à tout va. Je manque de précision, je manque donc des cibles…. Bref, c’est dur. Pourtant, je réussis tout de même à me classer 11ème de cette étape. J’ai peut être mal tiré, mais les autres aussi, donc ça passe. Je suis quand même moyennement contente de mon tir puisque je n’ai pas trouvé la niak nécessaire… Une fois le tir fini, on décide donc de se changer la tête pour ne pas ruminer tout ça. C’est aussi ça la cohésion d’équipe. Ce sera donc piscine, toboggans, bouées, jacuzzi… Bref, la vie est dure ^^.

(Origine photo : François Delattre – FxD Events Photography)

14183885_1466964799996689_4136287257760719080_n

Le vendredi matin, nous passons en mode « vrai » 3DI : on ne tire qu’une seule flèche par cible, 12 cibles, et il faut rentrer dans les 8 pour continuer. Dès l’entrainement, j’arrive à me recentrer. J’ai la niak, j’en veux, et je décide de ne pas trop discuter avec le peloton pour rester dans cet état d’esprit. Mentalement, je suis bien, je  suis au taquet. Techniquement, je retrouve enfin mon geste fluide et ça part quand il faut. Et pourtant… Mes erreurs d’estimation des jours précédents m’auront surement influencée sur mes estimations du jour. J’en fais encore plusieurs, beaucoup trop vu le nombre de flèches à tirer. Je fais même une paille sur un petit renard que je vois à 29 m (ce qui est déjà très loin vu la taille de la bête). On me dira plus tard qu’elle était à 35m… Une paille donc, alors que dans ma tête, je l’ai tellement bien  tiré… A la fin du parcours, j’ai un score minuscule et je finis 15ème. Sur le moment, je suis quand même contente parce que je me suis retrouvée dans mon tir, contrairement aux 2 premiers jours de compétition. Mais ça n’aura pas suffi. C’est aussi bizarre de se dire que mon résultat est pire alors que j’ai beaucoup mieux tiré… Bref, il me faut du temps pour digérer. Je savais que je ne pouvais pas rentrer dans les 4, mais j’aurais espéré tout de même un meilleur classement.

(Origine photo : François Delattre – FxD Events Photography)

14288834_1469923889700780_402948058424927407_n

On est vendredi midi et ce championnat est donc déjà terminé pour moi. En tant qu’archère uniquement, puisqu’il me reste maintenant à hurler pour les copains qui vont tirer en équipe et en individuel.

Malheureusement les équipes se font éliminées dès le premier tour, mais 4 de nos français gagnent leur ticket pour la demi finale individuelle du samedi. Coté supporter, on est au taquet.

(Origine photo : François Delattre – FxD Events Photography)

img_2346

Samedi matin, nous sommes donc 14 archers pour seulement 4 qui tirent. Pourtant nous participons tous à l’échauffement collectif, pour leur montrer que nous sommes là avec eux, qu’on sera derrière et qu’on ne les lâchera pas.

(Origine photo : François Delattre – FxD Events Photography)

img_2339

Danièle, Serge, Robin et Chantal vont nous faire vibrer pendant leur demi-finale. 4 cibles chacun à hurler, encourager, espérer, stresser… Bref, c’est dur d’être supporter ^^. Je me rappellerai surtout du duel de Chantal. Alors que l’italienne mène de 6 points avant la dernière cible, nous, le clan des supporters français y croyons encore. Si l’italienne fait 5 et Chantal 11, elles seront au barrage. C’est compliqué, mais c’est possible. On retient notre souffle, les 2 barebow tirent, et c’est la surprise : l’italienne fait une paille et Chantal un 8. C’était tellement inattendu que l’on n’avait pas envisagé ça. Il nous faut le temps pour refaire le calcul, comprendre,  lâcher les jumelles, et hurler les bras en l’air. Elle l’a fait, notre Chanchan, elle est en finale ! Serge  et Danièle aussi. Tout le clan est remonté à bloc pour les tirs de l’après midi.

Malheureusement, les finales n’auront pas souri à nos français et on n’entendra pas de marseillaise cette année, mais on est quand même super fier de nos 3 médaillés d’argent. Encore un énorme BRAVO à Danièle, Chantal et Serge. Bravo aussi à Robin pour sa 4ème place. Vous nous avez fait rêver !

(Origine photo : François Delattre – FxD Events Photography)

img_2328

Je reviens de ce championnat avec une déception, certes, mais des rêves pleins la tête et une envie de folie de me remettre à travailler. Le but ? Trouver le déclic qui fera que je pourrais atteindre le niveau des toutes meilleures. Parce que je compte bien y retourner et prendre ma revanche. Et vite !

Alors qui sait ? Rdv à Robion l’an prochain, peut être ? Une chose est sure, je vais tout faire pour.

Dans tous les cas, un énorme MERCI à toux ceux qui m’ont supporté, encouragé, soutenu toute l’année. Merci aussi à tous pour le drapeau signé aux 4 coins de la France. Il était avec moi, sur mon carquois, et ne m’a pas quitté. Vous étiez tous un peu avec moi là bas !

Aurore

 

 

Championnat de France 3D : un week end en… argent !

Categories Championnat de France, Tir 3D, Tir à l'arc

Ce week end avait lieu le championnat de France 3D 2016 à Bonneval dans le Centre. Dernier championnat organisé sur le mode 2 fois 20 cibles. Ensuite ? Surprise.

Comme vous le savez avec mon article précédent, je me suis récemment sélectionnée pour les championnats d’Europe. Mes dernières 2 semaines ont donc été consacrées à la préparation de ce championnat, tant dans le tir que dans tout ce que je dois penser à faire ou à prendre avant de partir. Impossible dans ma tête de me dire qu’il y a, avant, un championnat de France. Bon, je me dis que je réagirais bien une fois sur place.

En arrivant sur place, certains me demandent si mon objectif est de gagner. Non, bien sûr. Je suis peut être sélectionnée mais cela ne fait pas de moi LA meilleure française (la concurrence n’étant pas strictement la même entre le sélectif et le championnat de France). Je pars toujours 6ème sur le papier. Alors bien sûr, je ne viens pas pour rien. Je suis là pour me donner encore plus confiance en mon tir, en m’engageant à 200% sur chacune de mes flèches tirées ce week end. Et pour gérer mon mental dans les hauts comme les bas, dans les moments où le cerveau se met à réfléchir aux conséquences de mon tir, alors qu’il devrait uniquement se concentrer sur la flèche à venir. Après, bien sûr, si je peux grapiller des places….

(Origine photo : FxD Évents Photography)

France 3D 2

Le samedi, je pars donc en tête du 2ème peloton. Je ne vois pas la journée passée. Les filles sont sympas, on papote, on se recentre pour tirer, ça roule. Le tir se passe bien. Le mental est bon, le score aussi : 379. Je ne réfléchis même pas aux scores des filles du 1er peloton. Moi, j’ai fait le job. Au retour, surprise, je suis 2ème. A 12 points de Déborah, mais surtout, je suis suivie de près par Elodie et Mylène (à 1 et 4 points derrière moi). Autant dire que tout se jouera le dimanche. L’écart est trop faible pour se donner gagnante. Et pourtant….

Le dimanche matin, je me réveille et mon cerveau se met déjà à cogiter. C’est tellement simple de commencer à rêver à ce podium potentiel. Mais attention, c’est justement ce que je veux éviter. Le cerveau rêve, on s’y voit déjà et on oublie de faire le nécessaire. Il ne reste ensuite que des regrets. Hors de question de tomber là dedans. Un coup de pied au c… mental plus tard, j’arrive sur le site avec le mental de la veille retrouvé : aujourd’hui encore il n’y aura pas de conséquences immédiates à mes flèches. Je les tirerais une par une, avec l’engagement nécessaire.

(Origine photo : FxD Évents Photography)

France 3D 1

Je suis maintenant dans le 1er peloton mais là encore, les filles sont sympas, et on est toutes là pour passer une bonne journée. Malgré tout, on s’observe, d’un point de vue résultat, mais je reste détachée. A mi parcours, je me rends compte que le podium est largement atteignable, mais Elodie prend de l’avance. Suite à une erreur de tir de ma part, elle est à plus de 10 points devant. Si je ne me reprends pas, elle sera 2ème, et moi, au mieux 3ème. Je reste centrée sur mes flèches, mais j’y mets encore plus d’engagement pour lui reprendre des points. Mais elle aussi. Je fais 22, elle fait 22. Je fais 21, elle fait 21…  On y met le paquet. A 2 cibles de la fin, je suis toujours à 7 points derrière. Je ne compte rien lacher malgré tout. Hors de question de regretter quoi que ce soit. J’ouvre sur un aigle, dont la zone reste invisible. J’enquille malgré tout un 21 contre 16 pour Elodie. Plus que 2 points de retard. Dernière cible. Une sorte de gros varan. Impressionnant par la distance de tir (38m de mémoire), le peu d’épaisseur de la bête, le lac derrière et la zone 10 invisible. Je me laisse impressionnée une fraction de seconde, puis je mets cette peur de coté. Ce qui compte maintenant, c’est de rattraper ces 2 points. Je tire mes flèches à 300%, et elles volent exactement où il le faut. En cible, je découvre les scores. Elodie fait 19, contre 21 pour moi. Nous sommes à égalité à 381. J’ai gagné ce « duel » : je suis médaille d’argent ! Et je bas mon record 40 cibles en prime ! Déborah reste bien loin devant nous, mais je suis fière de m’être battue jusqu’au bout pour ne pas me contenter du bronze. Et je remonte sur un podium national après 11 ans ! Là aussi, il a fallu être patiente ^^.

Medaillée

Je repars confiante pour la suite, parce que je sais que mentalement, je suis capable de beaucoup. Est-ce que ça suffira pour dans 2 semaines ? Je ne sais pas. Mais si je tire en Slovénie comme j’ai tiré sur ce France, une chose est sûre, quoi qu’il arrive, je n’aurais aucun regret.

Aurore

Retour sur un sélectif 3DI de folie.

Categories Championnat d'Europe, Les Flèches Légendaires, Tir 3D

Et voilà, le week end tant attendu du sélectif 3DI vient de s’achever. La compétition se déroulait comme l’an dernier à Pers en Gatinais dans le Centre. Nous voilà donc partis ultra motivés, pour en découdre et si possible décrocher notre place pour le championnat d’Europe en Slovénie.

Dans ma catégorie, nous sommes 9. Personnellement, je sais que je ne pars pas favorite mais que je ne suis pas en bas du tableau. J’essaie de m’enlever les résultats habituels de la tête et de faire table rase. Ce week end, tout le monde est capable de tout (en bien ou mal), quelques soient les scores de l’année. Moi y compris.

On commence donc le samedi après midi. Nous voilà parties pour 24 cibles, à raison de 2 flèches par cible. A la fin de cette étape, l’une de nous sera éliminée. L’ambiance dans le peloton est très bonne, et la journée avance tranquillement. Je tire comme je sais le faire. Je fais des erreurs mais je suis bien placée au sein de mon peloton, donc je ne panique pas et je reste positive. En fin de journée, je suis 3ème. Ca passe, et je grapille quelques points de classement au passage.

Je suis contente, mais déjà l’appréhension est là. Je veux absolument atteindre les duels, mais pour cela, il faut encore passer par 2 étapes éliminatoires : l’une de 12 cibles après laquelle nous ne serons plus que 6, l’autre de 8 cibles après laquelle nous ne serons plus que 4. Tout ça à raison d’une flèche par cible. Ca va donc très vite, et tout peut arriver. N’importe qui, même les meilleures, peuvent sortir sur ces phases.

Le dimanche matin, les choses sérieuses commencent donc. Je mets cette appréhension de coté et m’interdis de penser aux conséquences de mon tir. Je dois agir flèche après flèche sans calculer ce que les résultats signifient en terme d’élimination ou de qualification. Je démarre au quart de tour sur les 12 cibles avant un coup de mou. Puis je me reprend. Le tir est propre et le mental est là. Je termine 2ème exaequo avec Mylène. Nous partageons donc les points de classement mais le résultat est plus que positif.

On enchaine l’après midi sur les 8 cibles. Tout s’accélère. Cette fois ci, nous sommes toutes les 6 dans le même peloton et nous savons donc cible après cible où nous en sommes dans le classement et qui risque de passer l’étape ou d’être éliminée. Personnellement, je démarre trop doucement et fait rapidement une erreur. J’alterne entre la 5ème place franche et la 3ème place exaequo avec la 4ème et 5ème. Tout peut donc arriver. A la 6ème cible, je suis 5ème avec 2 points de retard sur la 4ème. Les filles ne lachent rien. Mon cerveau a envie de lacher, de se dire « tant pis, c’est déjà mieux que l’an dernier ». Je me vois déjà éliminée. Et puis je réagis. Je me dis qu’il me reste encore 2 cibles, et que je n’ai pas le droit de relacher tant que je ne les ai pas tirer. C’est la tempête dans ma tête. J’ouvre le tir sur la 7ème cible : le chat de dos (un 10 de 4 cm de diamètre, un 8 pas plus large et beaucoup de chance de faire une paille ou un 5 en latéral…)… A 33 mètres. Je trouve le 11 aux jumelles et je ne le quitte pas des yeux pour ne pas le perdre. Je tire cette flèche ultra motivée. C’est maintenant qu’il faut se  réveiller. La flèche arrive plein 11. Et je repasse dans le cut d’un petit point. La niak est de retour mais je peux me faire reprendre sur la dernière, où tout va se jouer. Parlons en d’ailleurs. Le pingouin à 45m. Je ne l’aime pas celui là. Tant pis. Je mets ma rancune de coté, je ne lache rien et ça passe.  Surprise, je finis même 2ème !  Je suis dans les 4 ! Je vais faire les duels ! Yeeesss !

Nous attendons longtemps avant les duels. J’ai le temps de souffler un peu avant de me recentrer sur ce qu’il reste à faire. Quand les duels des autres armes commencent, je m’isole. Je voudrais supporter les copains, mais la journée a déjà été longue. Je dois économiser mon mental pour mes propres duels et c’est épuisant de soutenir  les autres. Mon tour vient. Je suis en demi finale contre Elodie. Je suis au taquet. Mentalement je ne compte rien lacher. Je pourrais mordre ^^. A la 2ème cible, nous sommes à égalité : 21 sur 22. Le niveau est relevé. Sur la 3ème cible, nos flèches partent en même temps. L’une arrive en 5 au dessus, l’autre en plein 10. Je n’ai aucune idée de qui a fait quoi (petit suspense). C’est moi qui fait le 10 : je prends 5 points d’avance. Sur la dernière cible, je joue la stratégie. Quelque soit son tir, il me faut un 8 pour gagner. Le 10 n’étant pas centré sur la zone 8, je ne le vise même pas spécialement. Il me faut un 8. Je le fais. J’ai gagné ! Je suis en finale !

Je retrouve Mylène en finale. Elle aussi est remontée à bloc mais je ne compte rien lacher. Elle met la barre haute dès le début en enchainant les 11, mais je ne me laisse pas impressionnée. Je m’accroche. Après la 3ème cible, je suis menée 31 à 33 (sur 33). Mais je compte me battre jusqu’au bout. Sur la dernière cible, je vois sa flèche arrivée plein 10, pendant que je tire. Je sais que j’ai perdu. Je lache un 8 et perds donc 39 à 43 (sur 44). Un très beau match en somme, sur lequel elle ne m’a pas laissé beaucoup de chance. Mais je n’ai pas baissé les bras, je me suis accrochée et c’est ce qui est le plus important.

Cette victoire permet à Mylène de prendre la 1ère place au classement et de se sélectionner d’office en équipe de France. Je termine donc 2ème avec seulement 2 petits points de retard. On est mardi et je viens de passer une journée et demi à stresser comme jamais parce que mon sort n’était plus entre mes mains. On est mardi et je viens de recevoir l’appel d’une des sélectionneuses qui me dit que je pars en Slovénie ! JE PARS EN SLOVENIE ! JE SUIS EN EQUIPE DE FRANCE ! Clairement je ne réalise pas encore. 11 ans que j’attends de retourner dans cette équipe qui m’a fait tant rêver lors de ma 1ère sélection. 11 ans ! Avec de la patience et beaucoup de travail, je l’ai fait !

Je me laisse encore la journée pour redescendre de mon nuage. Ensuite, je me remets au travail. Il y a des médailles européennes à aller chercher maintenant !

Aurore

 

 

Championnat de France 3D – Une fin de saison du tonnerre !

Categories Championnat de France, Tir 3D

Ce week end (16 et 17 aout 2014) se déroulait le championnat de France 3D à Surgères : mon tout premier championnat en arc à poulies (Tir Libre, dans le jargon 3Diste).

Pour les deux jours, les pelotons partent en décalé dès 7h30 du matin sur les 3 parcours proposés : Moustiques (aïe aïe aïe), Grenouille et Cagouille (c’est un escargot, pour les incultes comme moi). Pour nous, Tir Libre, la compétition commence tard puisque nous sommes les dernières catégories à partir (entre 13h et 14h). Au moins nous aurons évité le (grand) froid matinal, et nous aurons pu profiter du soleil écrasant de l’après midi.

Comme chaque année, les pelotons sont constitués sur la base du classement national. Etant 10ème, je pars donc dernière du deuxième peloton. Pas trop de pression donc : je suis bien loin des meilleures. Mais il faut tout de même se fixer un objectif : se faire plaisir (le plus important) et au moins maintenir mon classement.

On attaque sur le parcours Moustique. Début cahotique : je ne fais pas de paille mais je fais beaucoup de 5. Pour ma défense, imaginez un raton laveur, avec son petit 8, son petit 10 (comme une pièce de 5 Francs, pour ceux qui s’en rappelle) et son minuscule 11… à 30m ! Et bien c’est pas bien gros ! Bref, je m’accroche tant bien que mal mais la moitié des flèches partent à gauche malgré mes tours de viseur. Et puis à la 12, je reprends confiance et ça rentre. Ça ne s’arrête plus. Je fais une fin de parcours exceptionnelle, et je rattrape une grande partie des points perdus sur les 11 premières cibles. Le score de cette première journée reste donc tout à fait raisonnable, quasiment dans mes points. Pour un championnat de France, je suis donc bien contente. Déjà la première journée, je grapille 3 petites places : je suis 7ème. Oui mais voilà, même si les 5 premières sont à plus de 20 points au dessus, nous sommes 6 (de la 6ème à la 11ème) dans 11 petits points. Cette 7ème place n’est donc pas acquise. Il va falloir se battre pour la garder. Et ce ne sera pas facile !

Je commence le deuxième jour super motivée, sur le parcours Grenouille. Dans ma tête, nous sommes revenues à 0 et je veux battre les filles du peloton. La première commence au quart de tour avec des scores impressionnants. Qu’à cela ne tienne, je m’accroche ! J’ai la niak. Tout rentre facilement parce que j’en veux. Tout rentre TROP facilement. La niak est là, mais plus la fatigue arrive, plus le mental est dur à maintenir. Je n’ai jamais aussi bien tirée alors les doutes arrivent, avec la peur du moment où je vais tomber de mon nuage. Mais je tiens bon. Je concède deux 5 d’estimation sur la fin du parcours, que j’arrive immédiatement à corriger par des 10 ou 11 (j’étais vraiment très haut sur mon nuage là). Je termine la compétition sur un superbe 11, sursaut de niak pour un beau final. J’en ressors épuisée, mentalement surtout, mais très très contente de mon parcours.

Je repars donc de ce championnat avec un record personnel sur 20 cibles, un record personnel au cumulé sur 40 cibles et une belle 5ème place bien méritée. Et bien sûr, encore plus motivée que jamais.

Entre le sélectif et ce championnat, je pense qu’on peut dire que ma saison se finit très très bien  !

Sélectif 3DI – Retour sur mon week end légendaire

Categories Championnat d'Europe, Tir 3D

Ce week end, se déroulait le sélectif 3DI à Albertville en vue du championnat d’Europe 2014 (en Estonie). Certes c’est ma première année en arc à poulies et je ne suis pas encore au niveau des toutes meilleures françaises, mais je me suis lancée dans l’aventure avec 3 objectifs : me faire plaisir pour ne rien avoir à regretter, me qualifier pour le tir du dimanche (et pour cela il faut être dans les 4 premières) et surtout emmagasiner de l’expérience pour l’année prochaine. Sur le papier et au vu des scores de l’année, je pars dernière. Je n’ai donc rien à perdre, mais je peux tout prouver.

 IMG_2032

La première étape consiste à tirer 2 flèches sur 24 cibles le vendredi après midi, et de nouveau 24 cibles le samedi matin. Nous sommes 6 au départ chez les Femmes Tir Libre et nous savons que nous resterons toutes les 6 pour l’étape 2 du samedi après midi. L’ambiance est donc détendue : on papote, on rigole, sans oublier de revenir dans notre bulle quand c’est notre tour de tirer. Très régulière, je termine 6ème à la fin de cette première étape. Dernière, me direz vous ? Peut être. Mais très contente tout de même parce que j’ai très bien tiré et que les scores obtenus correspondent à ceux de l’année. Je n’ai donc rien à regretter.

 IMG_2393

Le samedi après midi, les choses sérieuses commencent vraiment. Nous devons tirer 12 cibles, à raison d’une seule flèche par cible. Du vrai 3DI quoi ! Ce que j’adore et ce que je préfère. Déjà, je suis une autre archère. Je fais des petites erreurs d’estimation mais je m’accroche. Je veux ma place dans les 4 pour disputer les duels du lendemain et je vais tout donner. Les pailles des copines me font douter quelques instants mais je ne dois rien lacher et avoir confiance en moi. J’en suis capable, je peux le faire. Et je le fais. A la fin de l’étape, je termine 3ème et je peux enfin profiter. Mon objectif est atteint. Moi qui partait dernière, j’ai grignoté des places et gagné mon ticket pour les duels ! Mais déjà il faut se recentrer, se retrouver un objectif. Tirer les duels, c’est bien, mais sans niak ni envie particulière, ce n’est pas suffisant. Alors je recherche en moi ce pourquoi je suis là ce week end et j’en fais ma force et ma volonté de me battre.

IMG_2626

Dimanche matin, j’arrive ultra motivée et bien décidée à ne pas me laisser faire. Je veux prouver à tous que ma 3ème place n’est pas une « erreur de parcours » et que j’ai bien ma place dans ce carré final. Le premier duel commence. Je prend quelques points d’avance, puis Elodie reprends le dessus. A la 3ème cible, elle mène d’un petit point. Il ne reste qu’une cible. Un cerf en descente difficile à estimer. Mais je ne lache rien. Je ne veux rien regretter. J’utilise ma niak pour tenir mon bras en cible et je donne tout. Au moment d’aller chercher les flèches, je crois avoir perdu sur un 8-8 mais non, ma flèche touche le cordon du 10. Le cordon qui me donne la victoire avec un petit point d’avance ! Je suis en finale. Et quelle finale ! Je dois rencontrer Julie, qui fait aussi partie de mon club. Elle aussi est ultra motivée. Ca ne va pas être facile. Mais je ne suis pas arrivée jusque là pour lacher maintenant. Pendant 4 cibles, nous ne sommes plus copines. Suite à une erreur d’estimation de sa part sur la 1ere cible, je prends 5 points d’avance. Mais je la connais, je sais qu’elle est capable de revenir sur cet écart en très peu de temps. Alors je ne lache rien, je tire avec la rage de vaincre. A la dernière cible, j’ai encore 3 points d’avance. La cible n’est pas très dure et je sais, avant même de tirer, qu’elle fera un 11. Moi il me suffit d’un 10 pour éviter le barrage. Je souffle, j’arme, je vise, j’entends les gens hurler de joie au vu de la flèche qu’elle vient de lacher, mais je dois me concentrer, je dois faire ce 10 qui m’apportera la victoire. Je fais le vide, je gaine tout, et la flèche part… pour rejoindre la sienne en plein 11. Je lève le poing, j’ai gagné ! On se tape dans les mains : elle sait que son résultat va tout de même la qualifier en équipe de France, et que moi j’ai fait un parcours de dingue. Personne ne m’attendait là, pas même moi je pense, mais ma soif de victoire a eu raison de tous les prognostics. J’étais venue pour voir, me faire de l’expérience. Je suis revenue plus forte et plus motivée que jamais. Alors ça ne suffira pas pour me qualifier en équipe cette année, mais une chose est sure : l’an prochain, j’irais au sélectif, non pas « juste pour voir » mais bel et bien pour gagner et pour aller aux mondiaux.

IMG_2647