Le presque bilan d’une saison longue et … chargée !!

Categories Concours, Tir Campagne

La saison n’est pas totalement terminée, mais pour ce qui est des objectifs premiers, elle l’est. Et puis, j’ai envie de partager. Alors voilà, c’est l’heure du presque bilan, un article que j’aurais pu intituler « P**** ! c’est moi qui ai fait tout ça !! »

L’an dernier la saison avait été particulièrement chaotique, cette année j’étais bien décidé à reprendre les choses en main, à commencer par un retour à l’entrainement régulier, oui ça aide ^^. Changement d’entraîneur également, bien que ce choix n’ait rien à voir avec les compétences de mon précédent entraîneur, Olivier (Tavernier) était excellent dans ce rôle, mais plus une opportunité d’avoir un suivi plus rapproché, là où je ne voyais Olivier qu’une fois par mois, je m’entraîne avec Franck (Cadoret) trois fois par semaine, deux semaines sur trois, le tout saupoudré d’une petite heure de pilate  .. de quoi intensifier le dit entraînement !!

Le début, en salle, énorme remise à plat de ce que je sais faire, de ce que je peux faire. C’est dur, c’est long, je rame, et c’est peu de le dire !! La bonne nouvelle c’est que l’on va dans la continuité de ce que je bosse depuis plus de deux ans, mais on va plus loin, beaucoup plus loin …

Travailler la technique ne favorise pas la performance, je le sais. Mais à l’arrivée des premières compétitions, le mental en prend un coup : peiner à faire 500 points c’est tout de même rude. J’ai l’impression de bien faire, d’appliquer ce que l’on me dit mais rien n’y fait, les scores ne montent pas, mais je tiens bon. On arrive début février et avec lui la saison des championnats .. pour moi l’objectif est au régional. Je sais que j’ai encore à travailler mais qu’il faut que je ‘tire’ mes flèches, une à une. Que j’oublie le travail et passe à la performance. Ça fonctionne à peu près, le tir de qualif’ n’est pas terrible, mais je tire de bons duels, je termine 4ème mais contente dans l’ensemble.

La salle s’achève ici, il est donc temps de passer à l’extérieur et donc aux ‘grands objectifs’… avec de gros doutes sur la tenue du mental. Là où le maintenir en salle sans trop de problème, alors que les scores étaient bien bas par rapport à l’an dernier, a été possible, je sais que cela va être beaucoup plus complexe si les résultats ne sont pas au rendez vous en campagne.

La performance diminue lorsque l’on travaille la technique. Voici une vérité que tout archer est prêt à admettre, en théorie. Car en pratique, on sait tous que c’est très difficile à admettre.

Les premiers campagnes arrivent, Je m’y inscris alors que Franck me dit que je ne suis pas prête .. je veux y aller quand même, parce que c’est les copains, parce que je fais comme ça d’habitude. Clisson, Andrezé .. effectivement, je n’étais pas prête ! Les scores ne sont pas là, retour à l’entraînement (et dorénavant j’écouterais mon entraîneur ^^) !

Puis vient Mazé, occasion pour moi de faire découvrir ma discipline et la partager avec Margaux, ma ‘first’ pour la journée. La journée est belle, Margaux appliquée, et pour la première fois de ma vie d’archer .. je tire mes flèches sans réfléchir aux conséquences en terme de points, de scores, de places, d’adversaires ..et vous savez quoi ? Bingo ! Je dépasse les 300 points (309). Et cerise sur le cheesecake, toutes mes flèches sont dans l’axe 😉

Du boulot, il en reste, mais je suis hyperrrr contente et ça reste prometteur pour la suite. La suite, c’est Fontenay, avec une contre performance due à une avarie matériel, Pornic, avec une record de ligue, puis la Turballe, avec un peloton pas forcément propice à la performance, mais composé de chouettes personnes !

En parallèle, il y a le FITA et la DRE avec les filles : on est 1ère à chaque étape, on ira défendre nos couleurs à la finale nationale à Voves le 03 septembre !

Egalement, un vieil ami se rappelle à moi .. ce gentil trapèze douloureux.. depuis quelques années, il me rend souvent visite, et en général, je pose l’arc le temps qu’il faut. Mais cette année, j’ai des objectifs, rehaussés qui plus est ; Franck ne considérait pas comme adéquat et cohérent un objectif d’accès au 1/4 du France campagne quand on est 4ème au classement national (bon c’est vrai il avait raison !!) : l’objectif sera donc le podium !

Le ligue FITA sera gagné à la niak et dans la douleur, la semaine suivante, le ligue campagne sera un carnage.. Des douleurs, des moustiques et 7 brosses plus tard, je me décide (enfin) à aller consulter. Alors forcément je ne suis pas hyper réparée pour le France campagne, mais ce n’est pas la seule chose qui me préoccupe. Non, depuis que l’objectif de podium a été fixé, je cogite et essaie désespérément de me l’approprier, de m’approprier cette progression. Oui, voyez-vous l’an dernier, j’étais dans l’avant dernier peloton, alors cette progression, bien qu’a priori le fruit d’un travail appliqué, je n’y crois pas vraiment, et continue à me dire qu’il y a une erreur…

Il y a trois ans, on m’avait dit, « un France, il faut toujours en sacrifier un, alors profites ! ». Finalement, je crois qu’il faut un sacrifier un par niveau. A Bessans, j’étais intimidé de me retrouver dans ce peloton d’élite, comme si je n’étais pas à ma place. L’impression d’avoir à prouver à mes pairs, à moi même, que je mérite cette 4ème place. Ça, combiné à une épaule toujours douloureuse, j’ai réalisé mon plus mauvais tir de la saison ! Ça passe tout de même pour les 1/8ème, pas pour les 1/4, je termine à la 11ème place.

Retour chez le kiné et à l’entraînement, il y a les sélectifs à préparer !

Ces sélectifs, je les aborde sereinement, la seule prétention que j’ai c’est prendre de l’expérience, je veux simplement faire les deux premiers modules, si possible finir dans le carré final, pour prendre le max d’expérience possible. Les pelotons sont fait par niveau, mais j’ai passé le cap. Ca et le fait que le parcours est génialement technique, je me régale, tire mes flèches une par une, chacune indépendamment des autres (enfin presque 😉 ). Je ne suis pas au meilleur de ma forme, ni au meilleur de mon entraînement mais ça fonctionne. Je termine 3ème le premier jour. Deuxième jour, module de 12 cibles, je suis toujours bien dans mon tir, je termine également 3ème à 3 points seulement de la première (les scores sont serrés : 149 // 148 // 146 // 144).

La notion de gain d’expérience a pris un autre sens lors du module de 8 cibles suivant … j’ai mal, très mal géré mon alimentation, ça et le manque d’entraînement, j’ai manqué de jus, et de niak aussi, la combativité m’avait abandonnée ! Je termine 7ème ex æquo de ce module. A ce moment là, je ne sais pas si cela suffira pour le carré final, car je n’ai pas voulu me préoccuper de la répartition des points, l’objectif n’étant pas là. A ce moment là, je suis contente même si tout doit s’arrêter là, mais j’ai l’envie d’aller plus loin. L’annonce est faite, je suis 4ème. Je vais donc en demi. Maintenant, c’est que du bonus. Honnêtement, je suis rincée et je sais que je ne vais pas donner mon meilleur tir, mais j’y vais le sourire aux lèvres car l’objectif est atteint. Etant donnée qu’il est atteint, je le rehausse, pour le fun, je veux gagner une place, au moins une.

Sur une erreur de mon adversaire (un birdy 20m à 3 points alors que j’en fais 11), j’accède à la finale, contre Laure (Delfau). Même si sur un énorme malentendu je gagne, je ne finirai pas première de ces sélectifs, je sais donc que je ne partirai pas à Dublin, mais qu’importe ! Bon au final, Laure étant quand même un bon cran au dessus de moi question niveau, a gagné brillamment cette finale.

Alors bien évidemment je n’irais pas aux mondiaux de Dublin, et tous les objectifs de cette saison n’ont pas été remplis. Il n’empêche, elle a été parsemée de très grandes expériences. J’ai regardé, noté et appris. Appris à écouter aussi, coach(s), supporters, amis .. vous êtes nombreux à me dire que j’en suis capable, aujourd’hui je commence à vous croire ! Merci à vous tous, à commencer par Aurore qui m’encourage de longue date et est devenue mon modèle à suivre ^^. A Franck bien sûr, sans lui, le travail serait plus long et complexe. A Olivier aussi, qui j’en reste persuadée, pendant deux ans, a fait en sorte de me préparer à ce qui se passe aujourd’hui, et puis sans lui, je n’aurais pas une super traction hyper continue !!

Il me reste un grand travail à mener mais sans nul doute je reviendrais, plus grande. Sachez le, que se soit l’an prochain, dans 2 ans, 5 ans ou 10, un jour, je ne ferais pas qu’essayer la tenue de l’équipe de France, je la porterai !! Oui, oui, je me la pète un peu.. mais aujourd’hui j’ai cette envie et le travail à suivre ira dans ce sens.

Après pour cette année, il me reste encore quelques dates marquantes, à commencer par la finale des DR à Voves et le Championnat de France par équipes de tir en campagne à Montlouis, où là aussi, avec les filles, l’objectif est le carré final … to be continued 😉

 

Retour sur un sélectif 3DI de folie.

Categories Championnat d'Europe, Les Flèches Légendaires, Tir 3D

Et voilà, le week end tant attendu du sélectif 3DI vient de s’achever. La compétition se déroulait comme l’an dernier à Pers en Gatinais dans le Centre. Nous voilà donc partis ultra motivés, pour en découdre et si possible décrocher notre place pour le championnat d’Europe en Slovénie.

Dans ma catégorie, nous sommes 9. Personnellement, je sais que je ne pars pas favorite mais que je ne suis pas en bas du tableau. J’essaie de m’enlever les résultats habituels de la tête et de faire table rase. Ce week end, tout le monde est capable de tout (en bien ou mal), quelques soient les scores de l’année. Moi y compris.

On commence donc le samedi après midi. Nous voilà parties pour 24 cibles, à raison de 2 flèches par cible. A la fin de cette étape, l’une de nous sera éliminée. L’ambiance dans le peloton est très bonne, et la journée avance tranquillement. Je tire comme je sais le faire. Je fais des erreurs mais je suis bien placée au sein de mon peloton, donc je ne panique pas et je reste positive. En fin de journée, je suis 3ème. Ca passe, et je grapille quelques points de classement au passage.

Je suis contente, mais déjà l’appréhension est là. Je veux absolument atteindre les duels, mais pour cela, il faut encore passer par 2 étapes éliminatoires : l’une de 12 cibles après laquelle nous ne serons plus que 6, l’autre de 8 cibles après laquelle nous ne serons plus que 4. Tout ça à raison d’une flèche par cible. Ca va donc très vite, et tout peut arriver. N’importe qui, même les meilleures, peuvent sortir sur ces phases.

Le dimanche matin, les choses sérieuses commencent donc. Je mets cette appréhension de coté et m’interdis de penser aux conséquences de mon tir. Je dois agir flèche après flèche sans calculer ce que les résultats signifient en terme d’élimination ou de qualification. Je démarre au quart de tour sur les 12 cibles avant un coup de mou. Puis je me reprend. Le tir est propre et le mental est là. Je termine 2ème exaequo avec Mylène. Nous partageons donc les points de classement mais le résultat est plus que positif.

On enchaine l’après midi sur les 8 cibles. Tout s’accélère. Cette fois ci, nous sommes toutes les 6 dans le même peloton et nous savons donc cible après cible où nous en sommes dans le classement et qui risque de passer l’étape ou d’être éliminée. Personnellement, je démarre trop doucement et fait rapidement une erreur. J’alterne entre la 5ème place franche et la 3ème place exaequo avec la 4ème et 5ème. Tout peut donc arriver. A la 6ème cible, je suis 5ème avec 2 points de retard sur la 4ème. Les filles ne lachent rien. Mon cerveau a envie de lacher, de se dire « tant pis, c’est déjà mieux que l’an dernier ». Je me vois déjà éliminée. Et puis je réagis. Je me dis qu’il me reste encore 2 cibles, et que je n’ai pas le droit de relacher tant que je ne les ai pas tirer. C’est la tempête dans ma tête. J’ouvre le tir sur la 7ème cible : le chat de dos (un 10 de 4 cm de diamètre, un 8 pas plus large et beaucoup de chance de faire une paille ou un 5 en latéral…)… A 33 mètres. Je trouve le 11 aux jumelles et je ne le quitte pas des yeux pour ne pas le perdre. Je tire cette flèche ultra motivée. C’est maintenant qu’il faut se  réveiller. La flèche arrive plein 11. Et je repasse dans le cut d’un petit point. La niak est de retour mais je peux me faire reprendre sur la dernière, où tout va se jouer. Parlons en d’ailleurs. Le pingouin à 45m. Je ne l’aime pas celui là. Tant pis. Je mets ma rancune de coté, je ne lache rien et ça passe.  Surprise, je finis même 2ème !  Je suis dans les 4 ! Je vais faire les duels ! Yeeesss !

Nous attendons longtemps avant les duels. J’ai le temps de souffler un peu avant de me recentrer sur ce qu’il reste à faire. Quand les duels des autres armes commencent, je m’isole. Je voudrais supporter les copains, mais la journée a déjà été longue. Je dois économiser mon mental pour mes propres duels et c’est épuisant de soutenir  les autres. Mon tour vient. Je suis en demi finale contre Elodie. Je suis au taquet. Mentalement je ne compte rien lacher. Je pourrais mordre ^^. A la 2ème cible, nous sommes à égalité : 21 sur 22. Le niveau est relevé. Sur la 3ème cible, nos flèches partent en même temps. L’une arrive en 5 au dessus, l’autre en plein 10. Je n’ai aucune idée de qui a fait quoi (petit suspense). C’est moi qui fait le 10 : je prends 5 points d’avance. Sur la dernière cible, je joue la stratégie. Quelque soit son tir, il me faut un 8 pour gagner. Le 10 n’étant pas centré sur la zone 8, je ne le vise même pas spécialement. Il me faut un 8. Je le fais. J’ai gagné ! Je suis en finale !

Je retrouve Mylène en finale. Elle aussi est remontée à bloc mais je ne compte rien lacher. Elle met la barre haute dès le début en enchainant les 11, mais je ne me laisse pas impressionnée. Je m’accroche. Après la 3ème cible, je suis menée 31 à 33 (sur 33). Mais je compte me battre jusqu’au bout. Sur la dernière cible, je vois sa flèche arrivée plein 10, pendant que je tire. Je sais que j’ai perdu. Je lache un 8 et perds donc 39 à 43 (sur 44). Un très beau match en somme, sur lequel elle ne m’a pas laissé beaucoup de chance. Mais je n’ai pas baissé les bras, je me suis accrochée et c’est ce qui est le plus important.

Cette victoire permet à Mylène de prendre la 1ère place au classement et de se sélectionner d’office en équipe de France. Je termine donc 2ème avec seulement 2 petits points de retard. On est mardi et je viens de passer une journée et demi à stresser comme jamais parce que mon sort n’était plus entre mes mains. On est mardi et je viens de recevoir l’appel d’une des sélectionneuses qui me dit que je pars en Slovénie ! JE PARS EN SLOVENIE ! JE SUIS EN EQUIPE DE FRANCE ! Clairement je ne réalise pas encore. 11 ans que j’attends de retourner dans cette équipe qui m’a fait tant rêver lors de ma 1ère sélection. 11 ans ! Avec de la patience et beaucoup de travail, je l’ai fait !

Je me laisse encore la journée pour redescendre de mon nuage. Ensuite, je me remets au travail. Il y a des médailles européennes à aller chercher maintenant !

Aurore

 

 

Championnat de France Campagne

Categories Championnat de France, Individuel, Tir Campagne

Je ne tire toujours pas. Mais le tir à l’arc fait toujours partie de ma vie. C’est comme ça que je me suis retrouvé dans l’équipe d’organisation du France campagne jeune et scratch.

Et quel championnat de France ! Un site de folie, la vallée de la Maurienne nous apportait un paysage extraordinaire : les montagnes, la neige, les paysages de folie !

IMG_3602

Une fois la validation par la FFTA, c’est tout bon. Mais le plus dur restait à faire. On a pris le championnat un peu au dernier moment. Marianne s’est lancé dans cette aventure de folie. Mais pas toute seule. Elle a su s’entourer de spécialistes du campagne et de bénévoles volontaires et motivés pour une expérience unique. Une équipe de folie !

Donc oui, on a bossé, rempli des dossiers, surtout Marianne sur cette partie là, fait des devis, recherché des solutions aux problèmes qu’on a eu. Cojité sur les parcours et sur les finales. Et tout ça en 6 mois.

Mais le championnat s’est déroulé limite tout seul. Bien sûr, il y a eu des problèmes,  l’installation des parcours sous la pluie, des chutes de neige en juillet, une cible à l’échauffement qui tombe, avec les flèches, des cibles qui sont à refixer après le 1er jour, une jeune qui s’est cassé le pied,…

Alors oui, nous avons galéré à faire des parcours techniques, jolis, intéressants, en gros qui plaisent à tous. Mais on a fait notre travail avec les éléments qu’on avait et avec passion. Dans le but de faire au mieux. Et on peut toujours faire mieux. Mais quand on a les retours positifs qu’on a eu de la part des archers, tous ces petits problèmes ne sont rien à côté de ces petits mots agréables qu’on a eu en retour.

 

Merci aux équipes de bénévoles pour tout ce qu’ils ont donné.

Merci aux archers indépendants pour les initiations.

Merci à Lyon Archerie de nous avoir aidé et donné du temps pour trouver des solutions.

Merci à tous ceux qui nous ont aidés de près comme de loin.

Merci Marianne pour cette expérience mémorable. On recommence quand ?

Du tir à l’arc … pour le plaisir!

Categories Concours, Individuel, Tir à l'arc, Tir salle

Voilà 16 ans que je fais du tir à l’arc. 16 ans de passion, avec des hauts et des bas, mais toujours autant de plaisir.

Cette année, difficile d’allier vie privée, vie sportive et vie professionnelle : un club loin de chez moi, pas chez moi pendant les vacances scolaires, et pas motivée pour aller tirer toute seule.

Mais pas question de laisser passer certaines occasions de se faire plaisir !! Alors au programme, 2 événements à ne pas manquer :

  • les 24h de Donges
  • la coupe des miss à Issy les Moulineaux.

Lire la suite « Du tir à l’arc … pour le plaisir! »

On va faire comme ça.

Categories Non classé

Cette décision me trotte dans la tête depuis un moment, je l’ai prise ce matin après la visite pour la radio et l’eco du bras. Quoi qu’en dise le médecin vendredi, là je dois avancer!
Beaucoup de choses rentre en jeu: La motivation, l’envie, la santé, le club, le monde du tir, …
Donc pas de tir à l’arc pour moi cette année, je ne sais pas si, un jour, je reprendrai ou pas.
J’ai différents projets dans la tête, je vous en parlerai en temps voulu. Pour le moment il y a le bras droit, le genou, le taf et le changement de logement…
Mais je reste membre des flèches légendaires à vie. 😉

Bilan d’une saison bien chargée

Categories Championnat de France, Concours, Non classé

Enfin ! Cette loooongue et épuisante saison 2014-2015 est sur le point de se terminer. Il est donc temps de faire un bilan.

Cette saison a été pour ma part, riches en émotion, en travail, en expérience et en progression.

Ayant terminé plus que bien ma première saison 3D en TL, l’objectif de cette année était d’augmenter mon niveau de qualification pour pouvoir défendre mon bout de steak au sélectif 3DI et qui sait, aller encore plus loin.

Me voilà donc changer de club d’entraînement, changer de BE, repartir de 0, tout casser pour tout reconstruire. Je ne cache pas que les premiers mois d’hiver ont été durs pour le moral. L’impression de ne plus savoir tirer, ne plus rien maîtriser, d’être l’esclave de son arc et non pas le maître. Mais j’ai tenu le coup. 6 mois de paille plus tard, me voilà déjà plus confiante et presque prête à aborder les premières compétitions extérieures.

IMG_3844

Début avril, c’est la première sortie et un premier échauffement au parcours sur l’arrow head (tir campagne sur 2 jours) de Clisson. J’y fais plusieurs erreurs mais je note, j’analyse, je réfléchis. Dès le 2ème jour, je mets en place les solutions pour corriger et ça paye ! Le week end est déjà productif.

Puis le premier 3D arrive enfin à Irigny. C’est un peu l’heure de vérité. Ce jour là, j’applique et je vais chercher les points. Je bats mon record, mais timidement, à 719. C’est un bon début.

Début mai, Lyon 8 organise à côté de chez moi un tir campagne à Fourviere. Même si ce n’est pas ma discipline phare, je ne peux pas rater ça. J’y vais décontractée, pour me faire plaisir et mettre en application ce que j’ai travaillé. Résultat : nouveau record personnel en campagne. Et de 2.

IMG_2131.JPG

Fin mai, la saison de 3D reprend cette fois ci pour de bon. Elle est belle et bien lancée. Je tire mon 2 ème concours à Chamousset où j’explose encore une fois mon record mais moins timidement cette fois (741). Ça fait plaisir, je profite mais je reste réaliste. Maintenant il faut renouveler pour que ce score ne soit pas un record mais une moyenne. Rien n’est donc acquis. Je refais plusieurs tirs et je confirme : les scores restent dans cet ordre de grandeur. Tout va bien : la progression est belle. Au final, je prends 54 points de moyenne. Le travail a payé. De quoi arriver plus confiante en août.
Oui mais voilà, j’ai fait un grand pas en avant cette année, mais les filles aussi. Alors que seule Déborah atteignait les 780 l’an dernier, au moins 5 filles l’ont atteint cette année. Je ne les rattraperais pas cette année. Mais si elles peuvent le faire, alors j’y arriverai aussi. Il faut juste laisser un peu de temps au temps.

La saison avance donc mais j’ai comme l’impression que le week end du sélectif n’arrivera jamais. Le mois de juillet n’en finit plus et les entraînements sont très éprouvants du fait que je n’en vois plus le bout.
Et enfin, le week end du sélectif arrive. Dans la voiture encore, en direction de Pers en Gatinais, on plaisante à la perspective de tirer sur un terrain tout plat. Et bien, on se trompe. On a droit le vendredi à un beau parcours avec des descentes, mais aussi des montées : des montées courtes distances certes, mais bien raides. Je pense notamment aux petits renards, et aux hérissons. Paix à leur âme et paix aux flèches cassées derrière. Globalement un beau parcours avec des distances plus longues que celles observées sur les concours du dimanche ou du moins des cibles plus petites.

Aurore Selectif

Le sélectif se déroule en 4 étapes. Le premier jour, tous les inscrits participent. On tire un parcours de 24 cibles à raison de 2 flèches par cibles, en 1min30. Seul point noir à l’horizon : l’élimination (au sens sportif du terme, bien sûr) en fin de journée de tous les archers classés au delà de la 8ème place. Chez les TL femme, nous sommes 9. Une seule fille sera donc éliminée : c’est dur. Sur le papier, au vu du classement national, je pars 8ème sur 9. Il va donc falloir tout prouver. Je sais que tout est à faire, et je suis surtout réaliste (mais pas perdante). Il ne va falloir rien lâcher pour rattraper le niveau des filles. Est ce que je suis stressée ? Je ne sais pas. Est ce que j’ai peur de perdre ? Non. Mais j’ai peur de ne pas tirer à mon niveau et de ne pas montrer de quoi je suis capable. On travaille toute l’année pour un objectif et tout peut s’écrouler en un rien de temps sans qu’on n’ait pu réagir.

Il faut surtout se mettre dedans. J’avoue que les premières flèches sont tirées concentrée, mais il manque la vraie concentration, ma vraie NIAK qui fait que je vais « bouffer » les cibles. Le stress peut être ? Pas sûr. J’étais surtout surexcitée d’être enfin là, sur ce week end tant attendu. Après plusieurs cibles, c’est parti. Je m’excuse auprès des filles. Non je ne fais pas la tête et non je ne vais pas les agresser en sortant du pas de tir (il parait que je faisais peur parfois). Je suis juste super NIAKEUSE et mes flèches sont tirées avec toute la NIAK que je peux y mettre histoire de ne rien lâcher.

Au final, je fais plusieurs erreurs d’estimation qui me valent des 5 mais je sais tout de suite corriger pour revenir dans le 10 ou le 11. Techniquement, je suis bien, ça part quand je veux. A l’issu de cette journée, je finis donc 4ème. Ca passe !

Aurore France 2

Mais déjà il faut se ressaisir. Le samedi matin, nous ne tirons déjà plus que 12 cibles à raison de 1 flèche par cibles, en 1min. Il faut rester dans les 6 premières pour pouvoir continuer l’après midi. Etant 4ème, je pars avec le peloton des meilleures. Et il faut dire que je suis impressionnée. Tout semble super simple pour elles. Et il y a du niveau. Moi j’essaie surtout de rester dans ce que je sais faire. La encore je fais des erreurs d’estimation (inversées par rapport à la veille : Ah le cerveau !) mais il n’y a plus de 2ème flèche pour rattraper. Je finis donc avec un score en dessous de ce que je suis capable de faire, même si globalement, mes flèches étaient bien tirées. A la fin du parcours, je sais que ça risque d’être limite. Il faut donc attendre les résultats du 2ème peloton. A leur arrivée, la sentence tombe. Nous sommes 3 à la 6ème place (Elodie, Rachel et moi). Il y aura donc tir de barrage : à 3 pour une seule place. Bon. Il ne faut pas se relâcher, tout est encore jouable. Retour au greffe, et on attend que l’organisation installe LA cible de barrage : le pingouin (je l’aimais déjà pas celui là…). Grande découverte à ce moment là : le barrage ne se fait pas en 1min mais en 40 sec (va savoir quelle est la différence entre tirer une flèche en parcours et tirer une flèche en barrage…). Bref le règlement est le règlement. C’est parti ! On tire toutes les 3 en même temps. Les filles sont plus rapides. Moi je crois être en retard mais j’entends l’arbitre qui annonce les 30 secondes alors que je lève le bras. Tranquille ! Il reste 10 secondes. Je me détends, je vise, lâche. Encore une fois, je me trompe de distance. Décidément ! Je fais donc 8 contre 5 pour Rachel et 10 pour Elodie. C’est Elodie qui passe. Rachel et moi sommes éliminées. Tant pis. Il faut encaisser, le temps que la pression retombe.

Après réflexion, je peux regretter de ne pas avoir réussi à tirer l’après midi mais il faut se l’avouer, je ne pense pas que j’aurais réussi à passer dans les 4 pour les duels du lendemain. Le niveau était bien au dessus. Ce n’est pas une remarque négative. Juste un constat. Mais j’ai bien observé et appris. Ce n’est que partie remise.

Sid

Scrat

Juste le temps de retourner travailler 4 jours et c’est reparti pour le championnat de France 3D à Sully sur Loire le week end suivant.
Ce championnat n’était absolument pas l’objectif de l’année mais une saison doit se clôturer par un France (à défaut d’un Monde). J’essaie donc de l’aborder correctement et de ne pas déjà me croire en vacances de tir a l’arc.
Je pars 6ème et l’objectif est de ne pas perdre de place ou même d’en gagner. Soit !

Je me lève le matin et je trouve une invitée surprise : une migraine ! De quoi bien commencer la journée. Je m’arme de cachets et de lunette de soleil et j’espère que ça passera.
Nous commençons le samedi après-midi sur le parcours jaune : parcours sur les bords de Loire. Dès les premières cibles, on sait que le vent va nous enquiquiner toute l’après midi. Un vent pas régulier, par bourrasque qui empêche bien de stabiliser ou qui embarque au moment du lâcher. Le tir est donc difficile et personne ne prend vraiment de plaisir. Ni dans le tir, ni dans le score d’ailleurs. Pendant les 10 premières cibles, je n’arrive pas à rentrer dans le 10 et fais beaucoup de 8. Pendant les 10 suivantes, on change de côté et le vent est encore plus pénible. Les résultats en cible changent. Maintenant je fais beaucoup de 5. Bref, pas de plaisir et un score 60 points en dessous du score habituel. On a beau se dire que c’est un France et que le vent est là pour tout le monde, ça fait mal au moral. Mais bon, je ne suis pas la seule à avoir chuté autant, donc il faut se dire qu’on est capable quand même.
Je finis 8ème. Il y a donc 2 places à reprendre pour atteindre l’objectif.

Aurore France

Le lendemain, la migraine est partie et le vent aussi. Ouf ! Il n’y a pas de stress tellement je suis derrière, mais je voudrais remonter les 2 places perdues et surtout me prouver que je suis tout à fait capable.
Je retrouve mon tir, me refais confiance et c’est parti. Là encore, je fais plusieurs erreurs d’estimation mais je rattrape. Je finis à 369 soit dans mon score habituel. Petite satisfaction au passage : je fais le 3ème score de la journée chez les TL senior femme à 5 points du meilleur. Donc je suis bien contente de moi. Mais ça ne suffira pas. Je ne rattrape qu’une place et finis donc 7ème. L’objectif n’est pas atteint mais je repars confiante en ce que je suis capable de faire. Et avec une liste de choses à travailler pour l’an prochain.

La fin de saison ne s’est donc pas passée pour moi aussi bien que je l’espérais. Mais au vu de ma progression de cette année, je sais que je suis capable.
Le travail fourni cette année n’est pas perdu et il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour être dans les toutes meilleures. Mais j’y arriverai !

Une chose est sûre. Je n’aurais pas progressé comme ça sans tous ceux qui me soutiennent et qui croient en moi. Vous savoir derrière moi et très important pour moi et très motivant. Alors un grand Merci à tous, et tout particulièrement à Mathieu, Didier, Alexandra et Nicolas.

Merci aussi aux supporters du championnat de France qui ont fait le déplacement. Didier, Aline, Nicolas, Cécile : ça m’a fait très très plaisir de vous y voir. 😊

France Campagne 2015 – Rives

Categories Championnat de France, Tir Campagne
Tags , ,

Il y a quelques temps j’avais écrit un article sur ma saison .. en attendant le France. Au moment de la rédaction de celui-ci, pour être franche, le France je n’y croyais guère ! Mais bon voilà, finalement, le sms de la fédé est arrivé, sans surprise d’après mon entourage, mais pour moi si, mais c’est avec une immense joie (si si, immense !!) que j’ai reçu ce message et repris le chemin du pas de tir, ayant quelque peu mis en pause mon entraînement pour cause de dos douloureux.

Sur ce France, je veux faire mieux que l’an dernier, alors il est vrai que je me mets un peu la pression : à réception de la confirmation il me reste à peine plus d’1 semaine. Une semaine d’entraînement physique et surtout mental, pour arriver à me blinder sur le parcours. Ce sera 3 entraînements avec l’arc, je ne veux pas me prendre la tête avec le jaune alors je fais mes traversées de cartes (oui, enfin, après 4 saisons de tir campagne, je me décide ^^).  Et une semaine pour trouver ce qui mentalement, musicalement m’aidera le jour J, un album s’impose à moi, presque oublié, pourtant pas si vieux, mais plus écouté depuis un moment, Earth rocker de Clutch.  Voilà pour la prep’ après c’est une histoire de confiance, je sais faire, j’suis quand même pas arrivée là par hasard !!

31 Juillet – 17h30  : Arrivée. Passage au greffe, on retire dossard et mug. Contrôle du matériel, oufff, j’suis apte !  Puis terrain d’entraînement, les choses sérieuses commence ! Je retrouve Mathieu, également qualifié. IMG_2842Ca sera donc l’occasion d’évoluer ensemble sur ce CDF.  Enfin ‘ensemble’ est un bien grand mot, car à la grande déception de Mathieu nous ne pouvons pas faire peloton commun ^^ (alors, pour ceux qui ne l’ont pas compris, oui c’est une blague 😉 ). Nous avons tout deux des objectifs différent sur ce France, mais nous nous retrouvons ce 31 juillet dans la bonne humeur ! Quelques volées pas trop loin, mais pas trop près. Les choses sont en places, la fatigue de la route étant là, ce n’est pas le moment de froisser quelque choses alors je n’insiste pas (le dos douloureux est toujours là, réveillé suite au dernier entraînement …).

01 août – 08h00 : Échauffement avant l’appel des pelotons. Suite à un désistement, je suis finalement la dernière du peloton 4, au lieu d’être la première du peloton 5. Ce changement est, de mon point de vue, à mon avantage, la position de loco’ n’étant pas mon fort, je préfère avoir plus fort devant moi et essayer de les ‘bouffer’ (dans le sens sportif du terme, cela va sans dire 😉 )

09h45 : Départ des pelotons (pour la petite histoire, c’est Agnès Meri qui ‘dépose’ mon peloton à la cible). Mentalement, ce soir je suis dans le cut, il n’y a pas d’autre choix possible. Ce soir 16ème max.

10h00 : On entend le coup de départ, c’est parti ! 1ère cible sans difficulté, une 80 a à peine 40m, 1ère flèche tirée, une brosse en bas, bien dans l’axe mais brosse … bon c’est ce qui se passe lorsque’on tiens pas son bras, mais pour le mental ça démarre mal !! Les cibles  s’enchaînent, mais les points ne montent pas,
Sans titre3

le parcours  est physique et technique mais ça n’explique pas tout : à la 5ème cible, je suis à 43 points ..bon là faut se remuer !!! Virginie nous court après, et nous dis que la cible n°5 sera annulée suite à un souci de piquet au mauvais endroit. Le score sera donc sur 23 cibles.

La journée se poursuit, dans le peloton, il n’y a qu’une seule personne que je ne connais pas, Anne, et c’est une chouette rencontre.
A 12 cibles le score affiche 121, il en manque (un  paquet !!), mais c’est déjà mieux. Les 12 cibles suivantes seront meilleures : 140. Je finis donc à 261, un score plutôt bas, mais pas déshonorant pour un France. Je suis, à quelque erreurs près (3 brosses, qui vont me coûter chère ..), contente de mon tir et de ma journée.

17h00 : retour au greffe, on fait les totaux, remises des feuilles de marque. Retrouvaille avec les amis, les traditionnels ‘ça a été ?’ sont de rigueur. On discute. Comme d’habitude personne n’est réellement content de son tir.
IMG_2837Pour ma part, même si niveau tir, la journée à été loin d’être parfaite, j’ai le sentiment d’avoir fait le job, je suis 2ème de mon peloton, le 4ème peloton. Même si je sais que tout est possible, statistiquement parlant, c’est bon. A ce moment, dans ma tête je suis dans le cut. Je croise Anne, qui me conseille de ne pas démonter, car a priori il y a des barrages, mais je ne suis déjà plus dedans, pour moi la journée est terminée … je me dirige donc vers le bar, boire la bière traditionnelle d’après parcours !

A mi-bière (oui je sais pas trop comment l’exprimer autrement ^^), j’entends ‘Alexandra t’es en barrage !’ Et là, ma première réaction est de dire ‘Nan, tu déconnes, j’peux pas être en barrage, je bois une bière !’ Ca peut faire sourire mais c’est dire si le mental n’était plus du tout à la compétition … Je reste quelque peu interdite, rassemble mes esprits, tends le reste de bière à Laurent, me dirige vers mon arc. L’arc en main, je croise Romuald et Julien à qui je demande conseille ‘comment ça se passe un barrage les gars, c’est à 60m mais après .. c’est 1 flèche c’est ça !?’ Les gars me prodiguent conseils et me rassure un peu, Antoine, qui arrive, me tri mes flèches pour me trouver LA flèche. Anne, que je ne connaissais pas 24h plutôt vient me parler de mon réglage 60 .. Ah oui, parce qu’avant de tirer la 60m ce samedi 1er août je n’avais pas mon réglage (no comment, je sais, j’arrive à un France sans réglages, mais je me suis quand même permise de faire 13 points -sur un max de 18- sans réglage 😉 ) et m’encourage également. Virginie qui arbitre le barrage, m’appelle. Je me dirige vers le pas de tir, mi-stressée, mi-speed, essaie de re-forger un mental de warrior. Je lève l’arc, respire, arme, vise, trop longue, beaucoup trop longue, je sais que je dois revenir…Clic … lâche …dommage … Je perds donc mon barrage, je suis 17ème. C’est pourtant pas les encouragements qui manquaient !!

La déception est immense surtout que sur 24 cibles je suis devant, donc j’avais bien fait le job … mais les règles sont les règles, tu ne faits pas de compétitions sans les accepter …Demain j’ai 12 cibles à tirer .. j’ai pas envie …

02 août – 08h00 : je dépose Manu et Laurent sur le terrain d’échauffement des 1/8ème.  Repars vers le terrain des tirs de classements. J’ai promis de tout faire et me battre pour conserver ma place de 17ème. Une promesse est une promesse..!

09h00 : Échauffements. Appel des pelotons. On nous apprends qu’au vu de l’organisation des tirs de classements (une boucle de 12 cibles au lieu de 2), nous ne pourrons pas être de retour pour les 1/2 finales … IMG_2834C’est mentalement dur, car je sais que j’ai potentiellement des amis à encourager. La journée est longue, et ce n’est pas qu’une image, il nous faudra presque autant de temps pour boucler les 12 cibles que les 24 de la veille .. Ca bouchonne presque à toute les cibles, 2 énormes bouchons, dont un de 45 min à la cible 9, la plus technique de la journée .. attaquer la 50m, alors qu’elle est loin d’être à plat, à froid, ça fait mal, au dos, et au score… Je manque de craquer, je me bats contre moi-même sur chaque flèche. Aurore arrive à ce moment là. Discuter avec elle m’aide a retrouver un peu de niak ! Et la journée se termine, on ramène les feuilles de marque (au bar …). Je croise mes concurrentes, demande les scores. Je n’ai pas le temps d’attendre l’affichage des résultats, on vient de m’apprendre que Romuald est en 1/2 final, je veux donc être au parc de l’orgère pour le soutenir ! Je comprends que je suis 17ème. Le job est fait. Plis l’arc et on file soutenir Romuald !!

15h00/15h30 : les finales ont commencées, on ne sais pas pour quelle place joue Romu, mais on est là, à temps. On retrouve les ligériens, qui nous informe que Romuald est en finale !!! Derrières les jumelles, on nous annonce les scores, il est devant son adversaire, 3 points, il faut que ça continue !! Il reste une cible à tirer, la 80 à 60m. Franck est confiant. Nous on y croit !! Eric, l’adversaire, tire. 15 point. Romuald, fait également 15 points …. Romuald est champion de France !!!!!!!! On a tous les yeux un peu mouillés par la joie, on va féliciter ‘notre’ champion 😉

Bref, pour conclure, ce fut encore un week end, riche en émotions, en amitiés, en sportivité, en rencontre et en apprentissage !!! Et qui clôture (presque, y a encore le France par équipe 😉 ) une saison en dents de scie, difficile et éprouvante ! Cette année et ce week end, j’ai encore beaucoup appris de mes erreurs, mais aussi à regarder et écouter les autres. Même si elle a été perdu, cette flèche de barrage est une sacré expérience, l’an prochain j’y serais mieux préparé ! Romuald, te voir évoluer en final, c’était juste super ! Que d’émotion ! Et voir un pote sur la 1ère marche du podium, c’est indescriptible et ça n’a pas de prix ! Merci pour ça 😉 Et merci à toi, et à tous, pour vos conseils, vos encouragements durant cette saison et ce week end. Merci à Aurore d’avoir fait le déplacement pour m’encourager 😉 Que ferais-je sans vous !!!
Et merci à Anthony (Adesign-création) de me laisser utiliser ses photos pour illustrer l’article, qui sans elles, ne serait qu’un long étalage de mots, sans queue ni tête, et surtout sans illustration 😉

 

 

DRE en Pays de la Loire, l’heure du bilan !!

Categories Non classé, Tir FITA
Tags

Comme l’an dernier, Aline et moi faisons parties de l’équipe féminine classique de DRE de St Herblain. Comme l’an dernier les filles de cette équipe ont un passé sportif différent ! Cette année, nous avons une petite nouvelle dans l’équipe, Véro, débutante en FITA, mais une débutante très prometteuse !! Comme l’an dernier, nous donnons le meilleure de nous même, en privilégiant encore et toujours l’esprit d’équipe, car nous sommes avant tout une bande de copines ! Alors on gagne peut être pas, mais chez nous tout le monde tire les matchs, chaque match, et surtout surtout, on se marre !!

Une 1ère étape angevine fin avril, sous une pluie diluvienne (oui oui parfaitement, d-i-l-u-v-i-e-n-n-e !!), où les scores ne sont pas tout à fait là, et pour ma part un mental en perdition. Nous enchaînons tout de même sur une bonne dynamique en match. Notre super coach Didier nous connait bien, alors forcément on l’écoute et ça marche. Ca rentre ‘comme dans du beurre’ !! Notre cohésion nous permet de terminer 3ème. Nous sommes donc dans la course pour l’objectif de la saison qui est d’être sur le podium à l’issue des 3 étapes, quelque soit la place.

St Géreon, fin mai et la 2ème étape, sous un soleil éclatant …on a pas bien l’habitude, mais on sort la crème solaire (qui pu ou pas ^^) et on gère ! Il fait beau, il fait chaud ! On s’éclate, les scores montent, enfin surtout celui de Véro, car pour le reste de l’équipe c’est constant, conforme à notre taux d’entrainement quasi inexistant, c’est dire ! Fin des tirs de qualif, 3ème place pour nous. On décroche pas de point bonus qui était pourtant l’un des objectifs du jour … tant pis 😉 L’après midi, les matchs. L’éclate comme toujours. C’est à ce moment de la compète qu’on se rappelle souvent pourquoi on fait du FITA (enfin pour ma part, hein, parce que cramer sur un terrain de foot avec une cible ultra colorée pour seule horizon, j’avoue c’est loin d’être ‘ma came’ 😛 ). La bonne humeur aidant et quelques chanson de qualité (mouais), entraînante, mais relativement inavouable ici (ce qui se passe en DRE reste à la DRE -enfin presque !), on fait de (très) beau matchs, et terminons 2ème de cette étape.

Fin juin, dernière étape et finale de cette DR, à Montreuil Jugné (je salue au passage l’organisation, nickel, on se serais cru sur les circuits nationaux ^^ j’aurais juste fait d’autre choix musicaux, mais bon je vous en tiens pas rigueur 😀 ). Il fait beau encore (c’est chouette du coup), mais chaud, très chaud ! Même musique, tir de qualif le matin, on termine dernière .. pas de point bonus. Une pause déj’ dans la bonne humeur avec les ‘gars classique’, quelques blagounettes avec nos amis poulies dongeois 😉 puis on enchaîne sur les matchs. Bonne dynamique, comme toujours c’est ici que l’on se révèlent ! On se fait encore remarquer par notre bonne humeur et notre esprit tourné à la déconnade, des phrases d’encouragement de notre coach magnifiiik comme toujours. Bref encore de la bande son gigantesque !! On terminent 3ème, se qui nous placent sur la 3ème du podium de cette DRE, challenge done !!!

Alors voilà, l’heure est au bilan. … on va pas se le cacher, les résultats sont loin d’être ce que l’on sait faire, toutes. Mais on s’est éclaté, toutes. Notre équipe à une chouette cohésion, et même si le FITA n’est pas ma discipline de prédilection, j’ai encore passé une super saison. Merci les filles ! Merci coach !! Et à l’année prochaine, je m’entraînerais un peu (plus) au FITA, I promise !!

 

10996926_10207005613325553_4402870634331624540_n

D1 à Lyon

Categories Concours, Individuel, Tir FITA

Qu’est ce que cette D1 à de différent avec une autre D1?

Pleins de chose, justement:

La façon dont elle est organisé, le nombre de casquettes que j’ai pu porter, dans le week-end, et elle est à 5min de la maison.

La D1 de lyon est organisé par le club de Lyon8, mais il y a de nombreux club de la région lyonnaise qui aident, dont mon club. A la fin les bénéfices sont partagés entre les clubs. 50% pour le club de Lyon8, les autres 50% sont partagés entre les clubs qui ont aidés en fonction du nombre d’heures de bénévoles présent pendant le week-end. Moi j’aime bien cette solution.

Lors de cette compétition j’ai été bénévole le vendredi pour aider à l’installation, le matin, et faire l’accueil au greffe à partir de 15h00 jusqu’à 19h00. Cette place permet de revoir les copains qu’on a pas vu depuis un moment, même si ils n’ont plus de cheveux (coucou Olivier)
Le samedi sur le pas de tir, en tant qu’archer où je retrouve sur ma cible un archer de Challand (85), venu spécialement pour l’occasion, que j’avais pas vu depuis au moins 3 ans.

Je vous passerai les détails de mon tir c’était encore une fois la cata!

Le reste de l’aprèm en temps que bénévole, j’endosse un t-shirt rose (ça ne me va pas comme couleur).

Puis pour les podiums individuels, une 3ème casquette, celle de délégué technique du CRATA, avec mon jolie t-shirt blanc. Ma mission est simple, on doit voir le logo du CRATA. Max qui est présent lui aussi, doit remettre le label d’or devant les élus de la ville, de la FFTA,… Mission bien plus visuel.

Et enfin le dimanche, je suis présent pour les matches par équipes en tant qu’arbitre. Mon premier arbitrage officiel et en tenu rouge et noir! La classe!

Pour le reste de l’aprèm démontage du terrain! C’est bien plus rapide que le montage.